« Apprenons de nos erreurs, le peuple ne doit plus être le prix d’aucun sacrifice politique »,Dr Aubin THON

Il y a quelques jours, circulait sur la toile sa photo brandissant les passeports togolais et américain avec un message annonçant son retour dans son pays natal le Togo. Fondateur de le Togolese Foundation et Président de Nouvelle Vision (NoVI), KAMGOU est allé à la rencontre de Docteur THON pour mieux comprendre cette communication. Il fait également dans cet entretien son analyse de la situation politique actuelle du Togo, nous donne sa position par rapport aux élections locales et annoncent de grands projets pour le Togo.

KAMGOU : Présentez-vous à nos lecteurs.

Je suis Kodjovi Aubin Acohin Thon, Économiste-analyste puis Expert en Administration et Leadership. Sur le plan social, après avoir fondé aux USA en 2009 la Togolese Foundation dont j’ai quitté la présidence en 2017, j’ai initié en 2017 le Mouvement Nouvelle Vision (NoVi) que je préside jusqu’à ce jour.Candidat déclaré à la présidentielle de 2020 au Togo, je me suis toujours porté garant de la reconstitution du tissu social et l’implémentation d’un modèle de développement, tout en dotant le Togo d’un modèle propre de démocratie.

NoVi est-elle une association ou un parti politique ?

NoVi est un Mouvement associatif apolitique et sans but lucratif. Notre vision est de construire un Togo soudé (socialement uni) et émergé (économiquement fort). Il s’agit d’œuvrer pour l’épanouissement socioéconomique des communautés à travers la promotion du bien-être et du mieux-être des citoyens. Il s’agit surtout de dépolitiser le concept de développement afin de fédérer les énergies citoyennes en faveur des actions concrètes qui peuvent changer le quotidien de nos concitoyens.

On vous a connu au début beaucoup plus dans la culture, vous êtes l’une des personnes grâce à qui la musique togolaise s’est exportée aux États-Unis. Aviez-vous abandonné la culture ?

C’est peut-être la culture qui a retenu l’attention dans le package d’actions de développement que je mène à travers la Togolese Foundation ! Sinon, je suis un acteur du développement. La culture était un outil ou un canal surtout d’appel et d’interpellation des citoyens résidents et de la diaspora à se retourner vers le développement de leur pays. Je continue par promouvoir la culture sous plusieurs autres formes. Je travaille maintenant beaucoup plus à la reconstitution de l’identité culturelle du Togo dans diverses disciplines ; vous verrez bientôt les résultats.

On vous lit depuis un moment beaucoup plus sur les sujets politiques au Togo, comment s’explique ce revirement ?

Il ne s’agit aucunement de revirement. C’est une continuité de ma mission de développement.  J’ai plutôt été ressourcé dans cette logique, quand Dieu m’a donné la vision à porter pour mon pays. Je me suis lancé sans hésitation et il m’a rassuré qu’il me dotera de l’outil requis pour des actions pouvant impacter chaque Togolaise et chaque Togolais partout il est.Vous convenez avec moi que la politique au Togo entache toute action de développement et nous plonge dans une chaine de crise ! J’apporte également ma contribution à sa résolution définitive pour une meilleure adhésion des acteurs de la vie sociopolitique à l’émergence de notre pays.

Il y a quelques jours, vous annonciez votre retour définitif au pays évoquant le destin à travers un message de sensibilisation : “ensemble, nous écrirons l’histoire que nous avons tant souhaitée pour notre chère patrie”. De quelle histoire parlez-vous ?

Il s’agit de l’aspiration profonde et sérieuse de tous les Togolais ; celle de voir un Togo socialement uni et économiquement fort. Et c’est cette vision que j’ai reçue. Il s’agira de construire un Togo qui permettrait à chaque Togolais d’avoir des opportunités d’emploi, d’investissement, et de divertissement lui permettant d’assurer son quotidien et son lendemain et aussi de vivre sur un territoire qui lui inspire confiance et stabilité lui permettant non seulement de rêver mais aussi de réaliser son rêve.

La photo sur l’affiche ne laisse pas indifférent, vous y brandissez deux passeports, celui du Togo et celui des États-Unis, que comprendre à travers cette exhibition ?

Le message est simple. Chaque mission nécessite un …

La suite dans la parution N°010 du 11 avril 2019 de votre bimensuel KAMGOU dans les kiosques.

Laisser un commentaire