Mettre à la disposition des populations à faible revenu, des terrains assainis et à des prix abordables en milieu urbain : C’est le défi que compte relever le Gouvernement afin de permettre à la majorité des togolais de pouvoir s’offrir un bout de terrain. Et pour y arriver, il est identifié la mise en place d’une Société d’équipement des terrains urbains (SETU). Le processus suit son cours car l’étude de faisabilité de cette structure fait l’objet d’un atelier de validation qui a ouvert ses portes ce jeudi à Lomé.

Selon l’étude de faisabilité, il est en effet possible de produire au Togo, des parcelles pour les ménages pauvres mais à certaines conditions dont la plus importante est la prise en charge des coûts des infrastructures primaires et secondaires (coût de la viabilisation) par l’Etat, les communes et les sociétés concessionnaires.

Une parcelle de référence de 150 m² coûterait par exemple 1.500.000 F CFA HT et serait accessible à un revenu égal ou supérieur à 100.000 F CFA, en vente à crédit sur trois (03) ans, à un taux d’intérêt de 5,5 %.

Selon les explications de Koudjo Aïdam, Directeur général de CITAFRIC, Agence de développement urbain et municipal et Maître d’ouvrage délégué, l’innovation réside dans le fait que c’est l’Etat qui va récupérer des terrains d’une manière ou d’une autre par l’achat ou par d’autres mécanismes. Ce sont ces terrains qui seront assainis et complètement viabilisés pour être mis à la disposition des populations qui ont un revenu faible ou moyen.

Le document validé sera mis à la disposition des autorités qui définiront le calendrier de mise en œuvre de cette structure pour la suite du processus placé sous la conduite du Ministère en charge de l’Urbanisme, de l’habitat et du cadre de vie.

Cet atelier regroupe les membres du comité techniques de suivi de l’étude, les représentants de l’administration générale, du Corps judiciaire, des services urbaines, des associations professionnelles du secteur de l’habitat, de la chefferie traditionnelle et les différentes structures intéressées par l’offre et la demande foncière et immobilière dans les différentes régions économiques du Togo.

Laisser un commentaire