Ambiance tendue ce samedi dans les Commission Electorale Locale Indépendante (CELI). Les  Opérateurs de saisie (OPS) expriment leur mécontentement au sujet de certaines dispositions indiquées dans leur contrat de travail en prélude au recensement électoral prévu pour démarrer le 1er Octobre prochain.

Les OPS exigent que le contrat prenne effet dès ce 29 septembre 2018 et non le 1er Octobre 2018. De plus, ils demandent que le montant journalier des prestations soit porté de 10.000 F à 15.000 F, de même que des primes de restauration (2.500 F) et d’hébergement (2.500 F).

Ils soulignent par ailleurs le fait qu’il ne s’agit pas d’une révision générale comme mentionnée dans le contrat de travail, mais d’une refonte totale du fichier électoral.

Les OPS n’ont donc pas voulu signer les contrats. Pour le moment, aucune décision n’est encore tombée, les OPS sont toujours dans l’attente d’une suite favorable à leurs revendications. De sources proches des CELI, des dispositions sont en train d’être prises avec la CENI pour une résolution de l’affaire.

La révision électorale démarre  ce 1er octobre 2018 pour le compte de la première zone selon le calendrier de la CENI, dans la perspective des prochaines élections (législatives, locales et éventuellement le référendum constitutionnel).

Laisser un commentaire