Epelle-moi, c’est l’activité qui a révélé l’Assistance Nature Environnement et développement Durable (ANEDD). Cette association regroupe des jeunes hommes et femmes épris du désir de l’éducation, de la protection de l’environnement et d’aide humanitaire sur plusieurs bords. En 2017, l’ANEDD a organisé le concours Epelle-moi, dans la préfecture de Bas-mono. Cette première édition a vu la participation de huit (8) établissements scolaires avec  trente-deux (32) élèves participants. Le 30 mai 2018, à Afagnan dans la préfecture de Bas-Mono, l’édition 2 a été officiellement lancée en présence des autorités administrative, religieuse et éducative. Quel est le bilan de la première édition ? Comment va se dérouler cette deuxième édition ? Et quels sont les objectifs réels de ce concours ? Pour répondre à toutes ces questions, Hervé Komi ADJAHO, l’initiateur du projet et Président de l’Anedd se confie à notre rédaction.

Bonjour monsieur Hervé Komi ADJAHO

Bonjour monsieur le journaliste.

Vous êtes l’initiateur du concours Epelle-moi. Que comprendre de ce concours ?

Merci pour cette question. Je ne vais pas passer par mille chemins avant de vous dire que c’est un concours de mémorisation et de restitution. Ce concours permet à l’apprenant de maitriser l’orthographe des mots français, de se familiariser au dialogue et surtout de bien faire des devoirs de dictée, de rédaction et tout ce qui fait allusion à l’écriture de la langue française. Vous me demanderez pourquoi c’est le français. Je vous dis en même temps que c’est notre langue officielle. C’est elle que nous apprenons dès le premier jour de notre éducation scolaire. En résumé, le concours « Epelle-moi » consiste à épeler un mot dans une fraction de seconde sans l’avoir écrit d’avance, tout ceci se passe dans la tête. Et comme c’est un concours, nous refusons la répétition dans l’épellation.

L’édition 1 du concours Epelle-moi a primé plus de 30 élèves. Quel bilan faites-vous de ladite édition ?

Nous avons primé 32 élèves, 8 établissements et 6 personnalités. Il faut dire que tous les membres du jury ont reçu des attestations d’honneur pour leur disponibilité à servir, tous les établissements sont repartis avec une boîte de craie. Le partenaire de l’édition aussi a reçu une attestation de d’honneur. Les trois premiers du collège et du lycée ont reçu des prix individuels allant jusqu’à quinze mille francs Cfa (15000). Les deux champions, à savoir le premier du Lycée et celui du Collège ont reçu des dictionnaires (grand Larousse). Il faut rappeler que tous les participants ont bénéficié d’un roman au programme scolaire togolais avec une attestation de participation. Le concours même a démarré en novembre 2017 avec les préliminaires. Durant trois mois, les élèves ont défilé de leurs établissements à la bibliothèque d’Afagnan où le concours s’est déroulé du début jusqu’à la fin, le 24 janvier 2018. Les autorités de la préfecture se sont montrées intéresser à la chose. Il faut dire que le préfet de Bas-Mono Kokou Amétépé Sogbo a été avec nous le premier jour pour encourager les élèves et dans les coulisses, il n’a pas manqué de nous prodiguer des conseils jusqu’au jour de la finale, où il était encore présent pour son analyse sur l’évènement et son souhait sur le projet dans les années à venir. Pour un bilan technique, il faut dire que tout s’est bien déroulé, mais il faut remarquer un peu de manquements ici et là, mais qui n’ont pas empêché l’évolution du concours. Pour le bilan financier, nous avons fait un budget de plus d’un million de nos francs Cfa, se basant sur le prix à octroyer aux participants. Mais ce que nous avons réalisé n’a pas atteint le montant. On a juste fait avec le peu qu’on a, et ceci grâce aux soutiens de la bibliothèque d’Afagnan. Cette année nous pensons relever le défi.

Justement, l’édition 2 a été lancée le 30 mai 2018. Quelle sera la période d’exécution et les innovations ?

Voilà, comme je le disais, il y a un défi que nous voulons relever dans les préfectures de la région maritime mais pas dans les grandes villes. Notre objectif est de soutenir l’éducation dans les villages qui n’ont pas accès aux nouvelles méthodes d’éducation, ces élèves qui sont loin de la ville, nous voulons le dire qu’ils peuvent faire mieux que ceux qui sont en ville en se rattachant à leurs études et surtout en se soignant dans leur devoir de rédaction et de dictée. Nous avons une grande ambition pour eux. Alors nous avons procédé au lancement de l’édition 2 de « Epelle-moi » le 30 mai dernier avec la session des membres de notre association qui se retrouve à Afagnan. Nous avons invité les autorités de la préfecture et surtout les chefs d’établissements scolaires pour leur faire part du démarrage de la seconde édition du concours. Pour cette édition, elle aura lieu du 07 novembre 2018 au 27 février 2019. Cette année, nous voulons voire plus de 100 élèves maitriser la langue française, dans l’écrit, la mémorisation, la réflexion rapide, tout ceci à travers l’exercice oral dudit concours. Au cours de la première édition, nous étions sur place et nous faisons déplacer les élèves. Cette année, nous irons vers les élèves dans leurs écoles. Et à l’étape des quarts (¼) de finale où nous aurons déjà trié les meilleurs élèves, il y a des places où nous ferons des regroupements afin de continuer jusqu’à la fin où nous serons encore dans les locaux de la bibliothèque d’Afagnan, la maison du savoir afin de voir les deux champions lycées et collège sans oublier l’école championne. De ce fait, nous aurons à décerner trois Trophées : Trophée « CHAMPION EPELLE-MOI COLLEGE », trophée « CHAMPION EPELLE-MOI LYCEE » et Trophée « SUPER ECOLE EPELLE-MOI ». Nous n’avons pas décerné des trophées l’année passée, mais nous voulons le faire cette année. Aussi, nous voulons mettre les lauréats dans des clubs qui peuvent les aider à vite évoluer et les conduire dans l’élaboration d’autres projets pour leurs écoles. Des innovations, il y en a assez, mais ce sont les moyens financiers qui sont pour le moment insuffisants mais, nous réfléchissons.

Comment se fait la participation et qui peuvent prendre part à ce concours ?

Pour la première édition, nous avons adressé des notes aux établissements scolaires. Et ils nous ont fourni des candidats de leur choix. Ceci sans rien contribuer. Cette année, nous passerons des communiqués sur la radio du milieu et ferons des tours dans les écoles afin de discuter avec les directeurs et proviseurs. Les écoles s’inscrivent avec une participation de cinq (5000) mille francs Cfa. Cette contribution permet à tous les élèves de passer le préliminaire et nous ne garderons que les 5 meilleurs pour notre concours. Il faut dire que nous avons voulu s’ouvrir sur d’autres préfectures sœurs mais nous nous sommes dit que nous le ferons à l’édition 3. Et nous lançons ainsi l’appel à tous les autres chefs d’établissements des autres préfectures de se préparer pour les préliminaires à venir. Nous passerons chez eux.

Et si on revenait sur votre association. Il s’agit de l’Assistance Nature Environnement et Développement Durable, vous êtes exactement dans quel domaine ?

 Merci beaucoup ; il faut dire que l’Anedd est dans trois domaines à savoir l’Education, L’Environnement et la Santé. Pour avoir un Togo meilleur demain, il faut donc une bonne éducation par une assistance à nos frères et sœurs dans un environnement sain pour une bonne santé et durable. Je peux vous dire que l’équipe de l’environnement va aussi lancer d’ici peu, un autre projet de l’environnement à la base. Les choses sont fin prêtes mais il reste certains réglages qui rentrent dans l’organisation.  Vous serez informé dès que le jour du lancement sera arrivé. C’est la même chose aussi pour ceux de la santé. Nous attendons seulement des corrections sur ledit projet aussi avant de commencer par en parler. En résumé, nous sommes dans trois domaines : Education, Environnement et Santé.

Pour l’édition 2 du concours « Epelle-moi », comment cela se prépare ?

Je peux vous dire que cela se prépare bien, mais avec un peu de réserve. Nous n’avons pas de partenaire. Alors si vous le permettez, je profite pour lancer un appel à tous ceux qui sont prêts à nous soutenir financièrement ou matériellement qu’ils seront les bienvenus. Nous avons besoin d’argent pour faire confectionner les trophées et aussi pour l’achat des fournitures et autres articles qui nous serviront de prix. Je rappelle que le concours démarre le 07 novembre prochain, et nous attendons les soutiens.

Merci monsieur Hervé Komi ADAJAHO, Président d’ANEDD !

C’est à moi de vous dire merci. Nous sommes ravis de faire partir de vos lignes et nous remercions vos lecteurs.

Entretien réalisé par la rédaction

Laisser un commentaire