Quelques semaines après sa libération, l’ex première dame de Côte d’Ivoire, Simone Ehivet Gbagbo, a prononcé Samedi dernier à Moossou (son village natal), son discours tant attendu.

Devant plusieurs révérends pasteurs, hommes d’églises ainsi que les militants et sympathisants de son parti -le FPI-Simone Gbagbo a remercié le président Alassane Ouattara pour lui avoir accordé cette grâce présidentielle et espère que cela va s’étendre aux autres détenus. Elle a également remercié tous ceux qui l’ont « bien traité » depuis son arrestation jusqu’à sa libération, avant d’exhorter  les ivoiriens au pardon et à la réconciliation nationale.

« Je remercie d’abord Dieu qui nous a accompagné, instruit. Il a transformé notre désert en oasis de paix. Mon Dieu m’a fait du bien. Il m’a ramenée de la mort à la vie. Comme Dieu passe par les hommes, c’est pourquoi je remercie Alassane Ouattara. Dieu a incliné son cœur pour que nos portes de prison s’ouvrent et que nous soyons en liberté », a déclaré la femme de Gbagbo.

Et d’ajouter que « (…) Je suis convaincue que notre libération est un miracle divin. Remerciements à la ville d’Odienné, aux hommes d’Odienné. J’y ai vécu pendant trois ans et demi dans la maison du Général Youssouf Kone. Je n’ai jamais été malade (…) Remerciement au ministre Diakite Coty qui a été mon élève et qui m’a traitée comme on traite sa maman pendant qu’il était maire (…) J’ai eu la chance d’avoir à Odienné ma sécurité confié à des FRCI. Ils ont bien veillé sur moi. À l’école de gendarmerie, j’ai été bien traitée. Ils se sont comportés comme des jeunes frères. Ils m’appelaient tous « mamans ». Merci aussi à mes médecins et à mes avocats ».

Et comme on pouvait s’y attendre, Mme Gbagbo, n’a pas manqué de se prononcer sur la situation de son mari. Elle espère qu’il sera libéré bientôt et invoque la bienveillance du  « Seigneur Jésus » sur  le « Woody de Mama(Gbagbo) ».

Sur la question du maintien en prison des autres « prisonniers politiques » l’ex-première dame croit que la libération de ces derniers sera un pas de plus vers la réconciliation totale. Mais pour l’heure elle appelle les ivoiriens à se pardonner.

« Ma prière est sur Dieu pour tous les prisonniers politiques militaires et le retour de tous les exilés dans une nation réconciliée et que plus jamais cela ne se répète. Acceptons de pardonner. Dieu nous aime et a besoin du peuple de Côte d’Ivoire », a-t-elle conclut.

Source : www.nouvelleafrique.info

Laisser un commentaire