Des individus mal intentionnés diffusent et partagent depuis quelques jours sur les réseaux sociaux, une séance (video) de partouze qui incriminait injustement l’artiste togolais de l’humour, Gogoligo. Dans le cadre d’une enquête, le Service de renseignement et d’investigations (SRI) de la Gendarmerie a convoqué certaines personnes suite à une plainte de l’humoriste, dont deux ont été auditionnées le jeudi 04 Octobre dernier.

 Dans le cadre d’une enquête, le Service de renseignement et d’investigations (SRI) de la gendarmerie a convoqué deux individus suite à une plainte de l’humoriste Gogoligo. Les deux diffuseurs de fake news sur les réseaux sociaux portant atteinte à l’honneur et à la dignité de Komi Mawulikplime N’Tsuley alias Gogoligo ont pour noms Akele Tchamdja et Yovi Kokoura alias Ventilo, membre de l’ANC.

 Selon les informations, les deux personnes auditionnées sur la publication sur les réseaux d’une séance (video) de partouze qui incriminait injustement l’artiste « ont reconnu avoir diffusé et partagé des fausses vidéos sur Gogoligo ».

Fort heureusement, toujours selon les mêmes informations, après environ deux journées de garde à vue, « ils viennent de regagner leurs domiciles bénéficiant de la clémence de l’humoriste ».

Toutefois, ont précisé les sources, Aleke Tchamdja et Yovi Kokoura alias Ventilo, en guise de démenti, ont fait une vidéo dans laquelle « ils regrettent leurs actes et présentent leurs excuses à l’humoriste, à sa famille et à ses partenaires ».

Par ailleurs, les investigations se poursuivent afin de démanteler le réseau de ces personnes qui s’amusent à relayer sur les réseaux sociaux des vidéos et autres informations fausses portant atteinte à la dignité et à l’honneur d’honnêtes citoyens.

Deux autres individus appartenant au réseau de diffuseurs des fake news sur Gogoligo sur les réseaux sociaux ont pris la clé des champs, mais ils sont activement recherchés par la Gendarmerie nationale pour répondre de leurs actes.

Laisser un commentaire