En conférence de presse ce matin à l’hôtel Acropolis, le président du MRC,a denoncé l’insertion irrégulière de mademoiselle Gaëlle Audrey Fabre, la fille du chef de file de l’opposition Jean Pierre Fabre à la BOAD (Banque ouest africaine de développement)

Le président du Mouvement Républicain Centriste, monsieur Abass Kaboua a tenue une conférence de presse ce matin 12 septembre à l’hôtel Acropolis,où il a denoncé un favoritisme démesuré accordé à la fille du chef de file de l’opposition togolaise pour un poste à la BOAD. Il affirme avoir connaissance des tractations menées par Jean-Pierre Fabre avant de faire le cas de sa fille; “Jean-Pierre Fabre et toute l’opposition togolaise ont sans cesse dénoncé ces genres d’actes de favoritisme sectaire au risque d’envoyer des enfants d’autrui dans des manifestations macabres. Il en est témoin de centaines de victimes innocentes diplômés sans emplois qu’il a souvent envoyé dans cette pâture qui ne profite qu’à lui seul“, s’est plaint le centriste.
Selon le président Kaboua, mademoiselle Audrey est recrutée à la BOAD d’une “manière complaisante” pour un salaire mensuel hors avantages d’un million (1000 000)Francs CFA. “Ces genres de cas doivent appeler à la conscience populaire” a dit Abass Kaboua.
Il conclut en affirmant qu’en “négociant en catimini pour le recrutement effectif de sa fille à la BOAD, Jean Pierre Fabre se contredit bien dans son semblant lutte politique”.

Le président Abass Kaboua est dans son point de presse revenu sur l’actualité politique de notre pays. Il porte un regard plus critique sur les démarches de ses paires de la coalition de 14 partis politiques. Pour lui la c14 fait “un mélange“. Il s’explique sur ce point par le fait qu’ils se retrouvent au parlement même dans un mandat prolongé et s’y plaisent tout en comptant sur la rue pour brandir des revendications soit disant au nom du peuple.
Il va jusqu’à dire qu’ils doivent arrêter d’affirmer en train de parler au nom du peuple pour la Démocratie. “La démocratie c’est la loi de la majorité, lorsqu’on parle au nom du peuple,on n’a plus peur des urnes” a confié le numéro du MRC.
Il a rappelé que les revendications qui étaient liés au départ de Faure Gnassingbé sont articulées aujourd’hui à la CENI, une démarche qui illustre une contradiction et des tours en rond dont les uns ne se rendent pas compte. “Il faut que le problème du Togo soit résolu en misant sur les réformes et l’assistance de la CENI par la CEDEAO” a plaidé Abass Kaboua.
Pour lui le Togo a de nombreux problèmes pour lesquels il faut vite s’asseoir pour trouver des solutions.

 

Laisser un commentaire