Epé-Ekpé, la fête traditionnelle de la prise de la pierre sacrée en pays Gê ou Guin, se prépare encore à Glidji sur fond de querelles et d’incompréhension entre les fils et filles de cette localité de la préfecture des Lacs. L’actuel comité d’organisation de la 355ème édition de cette fête traditionnelle n’est pas reconnu par Gê Fioga Sêdégbé Foli-Bébé XV, le roi des Gê.

Celui-ci dit avoir démis de ses fonctions de directeur de cabinet du roi, Alléluia Messan Kangni, mais ce denier continue d’agir en son nom, sans son consentement et malgré la nomination d’un autre directeur de cabinet en la personne de William Kangni Amagli pour prendre la relève. C’est ce qu’il a confié dans sa résidence à Glidji ce samedi en conférence de presse.

Le roi des Gê dit avoir commis l’erreur de ne pas exiger que tout courrier arrivant ou sortant du palais royal, porte le paraphe royal, ce qui a profité à Alléluia Messan Kangni qui a mis en place à son insu, un comité d’organisation qu’il qualifie de ‘faux’ et d’ ’illégal’ par Gê Fioga.

« Il continue de travailler en mon nom avec force. Il renverse les rôles et réagit comme si c’est lui le roi. J’avais malheureusement confiance en ce monsieur. Il distribue de l’argent à certaines personnalités pour qu’elles soient de son côté. Il prend le palais que j’ai construit pour son bien. Alléluia n’est pas le roi, il n’est ni le directeur de cabinet », a-t-il déclaré.

Il a profité de l’occasion pour lancer un appel à tous les fils et filles Gê qui selon lui, sont partout dans le monde.

« Une grande incompréhension vient encore de se saisir de notre localité. J’ai mis en place un comité d’organisation des rites calendaires Epé-Ekpé mais Alléluia Messan Kangni en qui j’avais une grande confiance, se permet de me défier. Je ne l’accepte pas et je ne l’accepterai jamais », a-t-il indiqué.

Selon le roi des Gê, la seule personne aujourd’hui capable d’agir en son nom est William Kangni Amagli, le nouveau directeur de cabinet du roi. Celui-ci, selon les informations, a été chassé à coup de cailloux du palais royal.

Pour Gê Fio Assama Nettey-Koumou XI, chef traditionnel du village de Djéta, si cette situation perdure, c’est parce que les autorités préfectorales continuent d’observer le silence. Il a rassuré que cette année, il n’y aura pas de prise de deux (2) pierres comme ce fut le cas il y a quelques années.

« Nous avons choisi de les observer parce que nous ne voulons pas la violence », a-t-il relevé.

Pour information, l’apothéose de la 355ème édition d’Epé-Ekpé est prévue pour le 6 septembre prochain.

Source : www.globalactu.com

Laisser un commentaire