L’ Association des Journalistes pour la Promotion des Droits de l’ Homme au Togo (AJPDH) a été portée sur les fonts baptismaux ce jeudi 12 septembre à Lomé.

L’association est composée d’hommes et de femmes de médias togolais, dont l’ambition est de s’intéresser à des domaines précis de la vie de la Nation, notamment la promotion et la défense des droits de l’homme, qui semble être oublié par les professionnels des médias togolais.
Sensibiliser les populations sur les questions de droits et libertés humains, leur parler de leurs droits mais aussi de leurs devoirs vis-à-vis de l’Etat et vice-versa, informer l’opinion sur les avancées enregistrées par le Togo dans le domaine de la défense des Droits de l’Homme, telles sont les missions que s’est assignées l’AJPDH.
Elle attend par ailleurs inciter les pouvoirs publics à faire mieux et davantage pour la consolidation des fondamentaux des Droits de l’Homme au Togo.
“Le Togo a enregistré des avancées notables dans le domaine des Droits de l’Homme mais il ne faut pas se voiler la face ; il reste encore beaucoup à faire. Nous voulons montrer les avancées que le Togo fait dans ce domaine-là et relever ce qui reste encore à faire, tout en sensibilisant les hommes de média qui sont le médium entre les gouvernants et les gouvernés. Il s’agira également d’inciter tout le monde à des efforts quotidiens pour améliorer encore plus le domaine. Ceci pour éviter l’auto-satisfaction qui risque de nous amener vers l’immobilisme ou carrément en arrière” a mentionné la présidente de l’AJPDH, Estelle KOUDJONOU.
Pour atteindre ses objectifs l’association compte mettre la sacralité de l’être humain au centre de toutes ses activités et veut collaborer avec les institutions et organisations déjà engagées dans cette lutte, afin que le Togo soit un exemple cité dans le monde en matière de promotion de droit de l’Homme.
L’ Association des Journalistes pour la Promotion des Droits de l’Homme au Togo (AJPDH) invite par ailleurs tous les professionnels des médias qui le voudraient bien à les rejoindre et reste ouverte aux propositions et suggestions pour un mieux faire.

Akouavi G. DAGONA (Stagiaire)

Laisser un commentaire