Pour la coalition des 14 partis de l’opposition togolaise, les mesures prises par le gouvernement ne sont pas suffisantes pour l’apaisement de la tension sociopolitique. Elle organise le 22 et 23 septembre des meetings d’information sur toute l’étendue du territoire pour exiger la mise en oeuvre plénière des mesures d’apaisement et l’arrêt immédiat des travaux de la CENI.

La coalition estime qu’il reste bien d’éléments qui montrent que les mesures d’apaisement recommandées par la facilitation peinent à trouver satisfaction. Sur ce, pour aplanir le terrain des discussions entamées pour une sortie de crise, il faudra que le gouvernement mette en œuvre les mesures d’apaisement surtout en ce qui concerne les détenus politiques, l’état de siège dans les villes et les travaux de la CENI,
Dans une lettre adressée au ministère de l’administration territoriale,de la décentralisation et des collectivités locales,la C14 informe le gouvernement de la tenue de ses meetings dans plusieurs villes à travers le pays.
Ces meetings ont pour but d’exiger la mise en œuvre des mesures d’apaisement, notamment la libération de tous les détenus politiques,le retour des exilés et déplacés,la levée de l’ état de siège dans certaines villes et l’arrêt des poursuites et violence à l’encontre des militants de l’opposition et de la société civile.
Notons que le gouvernement tarde semble-t-il dans son processus de mise en œuvre des mesures d’apaisement à aller à l’allure voulue par les discussions avec les facilitateurs. Certains détenus ne sont toujours pas libérés et certaines villes sont toujours en état de siège.
Le groupe des 14 partis exige aussi l’arrêt immédiat de “l’organisation unilatérale des élections législatives” par la CENI dont la composition ne le satisfait pas.
Rappelons que la Commission Électorale Nationale Indépendante, vient d’annoncer la date de la tenue des différentes élections. Cette sortie ne semble pas faire du bien aux aspirations de la C14 qui demande l’arrêt immédiat du fonctionnement de cette institution “indépendante“. Puisque selon le groupe dirigé par Mme Adjamagbo Johnson, cette “CENI est aux ordres” et ne peut pas organiser des élections acceptables par tous.

Laisser un commentaire