Les travaux du  recensement électoral dans la zone 1 se sont bien passés. C’est la conclusion tirée par la Commission Electorale Nationale Indépendance (CENI) à l’issue des opérations d’enrôlement des électeurs qui ont pris fin hier mardi pour le compte de cette zone.

« Toutes les remontées d’informations et les recoupements effectués relèvent que le processus d’enrôlement s’est bien passé dans toute la première zone », a en effet déclaré le président de la CENI, Prof. Kodjona Kadanga qui a tenu un point de presse ce mercredi au siège de l’institution à Lomé.

« Nous avons effectué des visites dans plusieurs centres de recensement et de vote pour nous assurer du déroulement des opérations. Le constat a permis de noter une forte mobilisation des citoyens », a-t-il indiqué.

« Les comptes rendus qui nous sont parvenus de toutes les CELI ont aussi permis de relever certaines difficultés techniques. Avec la prise immédiate de mesures appropriées, ces situations ont été corrigées et les jours suivants ont vu un meilleur rendement du personnel et des équipements », a précisé le Prof. Kodjona Kadanga, saisissant l’occasion pour inviter tous les Togolais en âge de voter, résidant dans la deuxième zone à se rendre massivement dans les Centre de recensement et de vote (CRV) du 17 au 24 octobre 2018 pour se faire établir une nouvelle carte d’électeur.

La Zone 2 comprend au total 18 CELI (Commission électorale locale indépendante) à savoir Amou, Ogou-Anié, Wawa-Akébou, Blitta, Tchamba, Tchaoudjo, Sotouboua-Mo, Assoli, Bassar, Binah, Dankpen, Doufelgou, Kéran, Kozah, Kpendjal-Kpendjal ouest, Oti-Oti sud, Tandjoare et Tone-Cinkasse.

Selon le président de la CENI, toutes les dispositions sont prises pour tirer tous les enseignements de la conduite des opérations dans la première zone afin de conjurer lors de la seconde phase, les problèmes techniques relevés.

Il faut souligner que dans le processus de constitution du nouveau fichier électoral, les données du recensement seront compilées et rassemblés en une base unique et traités selon les normes et standards internationaux pour en assurer la transparence et la fiabilité. Le code électoral prévoit notamment à son article 61 la suppression des doublons éventuels, de sorte que chaque électeur ne dispose que d’une seule et unique voix.

Laisser un commentaire