La coalition des 14 partis de l’opposition était face à la presse ce mercredi au siège de la CDPA à Lomé pour faire à l’opinion, le point du déroulement des activités de la première réunion du Comité de suivi des recommandations de la CEDEAO à laquelle elle a eu à participer. Une conférence au cours de laquelle les responsables de la C14 ont annoncé leur intention de renouer avec les manifestations de rue pour mettre la pression et faire en sorte que leurs préoccupations soient prises en compte par le Comité de suivi et les facilitateurs qui sont de nouveau attendus dans les prochains jours à Lomé.

Les leaders de la coalition ont en effet exprimé leur déception au regard du relevé de conclusion qui a sanctionné les travaux de cette réunion qui avait pour objectif d’évaluer le niveau de mise en œuvre de la feuille de route de la CEDEAO pour une sortie de crise au Togo.

Selon la coordinatrice de la coalition, l’opposition s’attendait à ce que le relevé dise quelque chose au sujet de la préparation unilatérale des élections par la CENI. L’opposition réclame en effet la recomposition de cette institution de même que la suspension de ses activités en cours.

« En matière d’évaluation de la mise en œuvre de la feuille de route, nous nous attendions à ce que cette évaluation pose la question de savoir sur le terrain qu’est-ce qui se passe ? Mais au lieu de cela, le président de la Commission de la CEDEAO a choisit de nous parler de ce que l’Institution a pris comme initiative », a laissé entendre Mme Adjamagbo-Johnson pour qui la population togolaise n’attend pas qu’on lui annonce le recrutement des experts, mais qu’on lui dise : « Nous avons observé qu’il y a une préparation unilatérale des élections en cours, et cette préparation unilatérale doit cesser en attendant que nous adoptions un chronogramme ».

Ce qui n’avait pas été finalement le cas puisque le Comité de suivi a estimé qu’il n’a pas les compétences pour trancher sur la question de la CENI et que les propositions de l’opposition concernant le chronogramme de mise en œuvre de la feuille de route de la CEDEAO feront l’objet de délibération lors de la prochaine visite des facilitateurs à Lomé.

Au demeurant, l’opposition n’écarte pas l’idée de faire encore une fois l’usage de son unique arme à savoir les manifestations de rue entre temps suspendues pour cause du dialogue politique. « Nous allons très rapidement entreprendre d’informer largement les populations en vue de prochaines manifestations massives à Lomé et à l’intérieur du pays. Il s’agira de manifestations nationales. Nous feront rapidement les formalités et les dates précises seront annoncées d’ici la semaine prochaine », a indiqué la coordinatrice de la coalition.

 

Laisser un commentaire