Deux campagnes antagonistes. La campagne des législatives a démarré le 4 décembre dernier. Face à la presse ce mercredi, la Coalition a déroulé son programme d’activités pour empêcher le scrutin du 20 décembre. La coalition des 14 partis politiques de l’opposition togolaise qui ne participe aux élections démarre une caravane de sensibilisation dans les rues de Lomé et les villes de l’intérieur du Togo les 6 et 7 décembre prochains.

Ensuite suivront des marches synchronisées sur toute l’étendue du territoire le samedi 8, lundi 10, mardi 11, mercredi 12 et vendredi 13 décembre prochains. Une seconde série de marches synchronisées aura lieu sur toute l’étendue du territoire national les samedi 15, dimanche 16, lundi 17 et mardi 18 décembre prochains. Les points de rassemblements ainsi que les itinéraires de ces manifestations seront communiqués ultérieurement, dit-on à la coalition.

La coordinatrice de la coalition, Brigitte Adjamagbo-Johnson a souligné qu’ils n’appellent pas les Togolais à la violence. « Nous voulons changer ce régime et nous allons le changer. Nous savons qu’il nous attend sur le terrain de la violence. Nous n’irons pas sur ce terrain avec eux mais nous arrivons à nos objectifs », a-t-elle martelé.

Pour ce qui concerne la facilitation, la coalition dit avoir adressé un courrier lundi dernier aux deux chefs d’État ghanéen et guinéen, pour leur signifier que le peuple togolais attend en urgence leur réaction. Elle dit être aussi en contact avec le président en exercice de la CEDEAO, le Nigérian Muhammadu Buhari à qui un compte régulier de la situation est fait.

« Nous osons croire qu’ils vont prendre leur responsabilité pour éviter le chaos au Togo alors que la CEDEAO est engagée à conduire les Togolais vers une sortie de crise paisible. S’ils n’empêchent pas ce qui se prépare au Togo, la CEDEAO aura échoué. Ils en sont conscients », a fait savoir Mme Adjamagbo Johnson.

Laisser un commentaire