La résolution du Conseil de sécurité 1325 souligne l’importance d’une pleine participation active des femmes, dans des conditions d’égalité, à la prévention et au règlement des conflits ainsi qu’à l’édification et au maintien de la paix. Elle appelle les États Membres à faire en sorte que les femmes participent pleinement, sur un pied d’égalité avec les hommes, à tous les efforts visant à accroître la participation des femmes et à prendre en compte la parité des sexes dans tous les domaines de la consolidation de la paix.

Sur le continent, le Groupe  de  Travail  Femmes, Jeunes, Paix  et  Sécurité  en  Afrique  de  l’ouest  et  le  Sahel (GTFJPS-OAS) mis en place le 29  avril 2009 à  Dakar, se bat pour l’application de cette résolution. Sa réunion annuelle a débuté  ce mercredi à Lomé sous le thème « Contexte  et  défis  actuels  en  matière  de  paix  et  sécurité  en Afrique  de  l’Ouest  et  au  Sahel ».

Cette réunion a pour objectif de renforcer la synergie d’actions inter-Etats dans la mise en œuvre et le suivi des résolutions 1325 et suivantes du Conseil de Sécurité des Nations Unies sur les femmes, les jeunes, la paix et la sécurité. Elle va permettre de passer en revue l’existant en matière d’implication des femmes et des jeunes, dans la mise en œuvre des résolutions relatives à la paix et à la sécurité et de définir de nouvelles orientations à partir d’un projet régional commun. L’élaboration d’un  plan  d’action  régional  qui  couvre  tous  les  pays   membres  du  Groupe figure également au programme de la rencontre.

Le coordonnateur du PNUD au Togo, Damien Mama  félicite le GTFJPS-OAS pour les courageuses initiatives menées depuis sa création dans le cadre des résolutions 1325, 1820, 1888 et suivantes du Conseil de Sécurité des Nations Unies.

Laisser un commentaire