Annoncée pour ce samedi, 23 février devant l’ambassade de France au Togo,la manifestation anti-FCFA lancée par le Mouvement Martin Luther King(MMLK),la voix des sans voix du Pasteur EDOH komi,rejoint par d’autres mouvements de la Société civile,et ayant pour but de demander à la France de reverser à l’Afrique tout l’argent qu’elle “a gardé dans son trésor public sans conditions et sans écart de langage” et les états généraux du FCFA par les économistes africains pour une porte de sortie,s’est finalement tenue sur l’esplanade du palais des congrès à Lomé,et pour cause l’ambassade de France a été bouclée par un dispositif des forces de sécurité tôt le matin rendant l’accès inaccessible.

La veille autour de 18h 30,le ministre de l’administration territoriale,Payadowa BOUKPESSI a notifié aux organisateurs l’interdiction de leur rassemblement pour raison de délais de demande d’autorisation.Ce que la coordination anti-FCFA juge illégale.Elle dénonce un abus du pouvoir des autorités togolaises:”Notre courrier a été envoyé le 18 février et l’autorité disposait de 72 h pour sa réponse”.

Les organisateurs “accusent la République française d’être à la source de certains maux que subissent les pays francophones à savoir le manque d’industrialisation, l’accroissement de la pauvreté, le manque d’infrastructures et le chômage des jeunes”.
Soulignons que la manifestation de la coordination anti-FCFA du Togo s’inscrit dans le cadre de la journée de la mobilisation africaine contre le FCFA et vise une liberté monétaire de l’Afrique.

Estelle KOUDJONOU

Laisser un commentaire