Il répond au nom de Kombate Pouguinipo à l’état civil et a choisi comme nom d’artiste L’As Kazas qui signifie « le roi tout puissant ».Il a sorti un nouveau single titré “Agbengué (whisky local) en juillet dernier qui a animé les fêtes d’Evala dans la région de la Kara. Ce titre porte particulièrement un message de sensibilisation adressé à l’endroit de la population et surtout des jeunes sur la consommation abusive de l’alcool. Il a retenu l’attention du public à chacun de ses passages. Kamgou vous invite à la découverte de ce jeune musicien qui se lâche sur tout. Lisez plutôt !

Parlez-nous de votre parcours musical

Étant passionné de la musique en particulier le rap, j’ai commencé la musique au lycée en 2000 grâce à l’initiation de la semaine culturelle dans les établissements scolaires. Ma carrière musicale a vraiment pris de l’envol en 2010 après ma maîtrise en géographie. Je me suis investi beaucoup plus dans la musique et j’ai réalisé un featuring avec Poundy Syssé titré « love gamme » qui m’a vraiment propulsé sur la scène nationale. Dès lors j’ai continué par sortir des singles.

Vous avez combien d’albums ou maxi single à votre actif ?

En 2013, j’ai sorti un album de 13 titres que je n’ai pas promu officiellement pour des raisons personnelles. A ce jour, j’ai 34 singles.

Quel genre ou style de musique faites-vous ?

Je fais du rap, de l’afro rap, du hip hop et de l’afro beat.

Vous vous focalisez plus au nord pour la promotion, le sud semble être oublié, pourquoi ?

Très belle question. C’est par manque de moyens financiers sinon nous sommes d’accord que la capitale est le fief du show togolais. Mais la promotion nécessite d’énormes moyens financiers et beaucoup de relations dans le showbiz, raison pour laquelle je n’arrive pas à promouvoir mes chansons à Lomé.

Eprouvez-vous des difficultés dans vos activités ?

C’est le manque de moyens financiers et relationnels pour promouvoir nos œuvres. Vu que c’est de l’autoproduction, j’investis beaucoup dans la musique mais le retour ne suit pas. Je continue de travailler. La vie des artistes est vraiment difficile au Togo.

vivez-vous de la musique ?

Pas du tout ! Pourtant je m’y suis consacré entièrement pour faire de ma passion mon gagne-pain.

Quels sont vos perspectives et projets dans le domaine musical ?

Tout d’abord, sortir officiellement un nouvel album, ensuite faire des clips vidéo qu’on pourra jouer sur les chaînes internationales et enfin faire un concert dédicace pour mes fans.

Un coup de cœur ?

D’abord le groupe Toofan qui fait la fierté de la musique togolaise et ensuite les Dj qui jouent de plus en plus les sonorités togolaises dans les maquis, bars et boîtes de nuit.

Un coup de gueule?

Mon coup de gueule va à l’endroit des querelles entre artistes qui ne sont pas bénéfiques pour la musique togolaise .Ensemble et unis, nous y arriverons car l’union fait la force.

Un message particulier ?

Oui je présente mes respects aux acteurs du showbiz togolais à savoir les producteurs, les promoteurs culturels, les managers, les Dj, les fans. Le travail déjà fait n’est pas mal mais nous devons 2 fois plus pour s’imposer dans la sous-région. Et comme l’a dit l’un des membres des P-SQARE, seul le soutien de notre population nous amènera loin. Ayons une fierté nationale et consommons plus togolais.

Je tiens à remercier sincèrement le groupe de presse KAMGOU pour cette opportunité qui m’a été offerte de m’exprimer. Je remercie également tous mes fans et ceux qui me soutiennent de près ou de loin. Je souhaite une véritable éclosion à la musique togolaise car il y a vraiment des talents au Togo. Vive le Togo !

Interview réalisée par Estelle Koudjonou.

Laisser un commentaire