La campagne de la promotion de la 15ème Foire Internationale de Lomé (FIL), a été officiellement lancée ce jeudi 30 Août au Centre Togolais des Expositions et Foires de Lomé (CETEF-Lomé) par le Ministre du Commerce et de la Promotion du secteur privé, Bernadette Legzim-Balouki en présence du Directeur général du CETEF, Kuéku Banka Johnson, et autres partenaires et les émissaires du pays hôte. Prévue pour se tenir du 23 novembre au 10 Décembre prochains, l’édition 2018 de la FIL aura comme invité d’honneur, le Burkina Faso.

 Le coup d’envoi de la campagne de la promotion de la 15éme édition de la Foire Internationale de Lomé (FIL) vient d’être donné ce jeudi 30 Août sur le site de la Foire à Togo2000. Placée cette année sous le thème la chaîne de valeur, vecteur du progrès économique », cette Foire aura comme invité d’honneur, le Burkina Faso, ceci, pour renforcer davantage, les relations économiques qui lient les deux pays frères.

 En se prononçant sur le thème de cette année,  Kuéku Banka Johnson, le Directeur Général du CETEF, a souligné que la chaîne de valeur est un concept qui permet d’analyser les différentes activités d’une entreprise. « Elle permet de voir comment chaque activité contribue à l’obtention d’un avantage compétitif. Elle permet également d’évaluer les coûts qu’occasionnent les différentes activités. Etant donné que toute entreprise dès sa création vise à conquérir un plus grand marché et accroître son chiffre d’affaires, ce thème vient à point nommé pour édifier les opérateurs économiques sur l’un des moyens les plus sûrs pour obtenir de meilleurs résultats », a-t-il précisé.

Profitant de l’occasion, M. Johnson a eu à inviter les exposants qui viendront des quatre coins du monde à se conformer au calendrier de cette édition de la FIL pour construire et aménager leurs stands avant la date du 23 novembre, date à laquelle, la Foire ouverte officiellement, non 3 ou 4 jours après le début comme c’est souvent le cas.

« La prochaine foire sera une occasion pour les opérateurs économiques du Togo et du Burkina Faso d’activer les niches de production et de commercialisation des biens agricoles semi-transformés et industriels », a de son côté rappelé Bernadette Legzim-Balouki, la ministre du Commerce et de la promotion du secteur privé.

Ayi A.

 

Laisser un commentaire