La recomposition de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) n’est par aujourd’hui, ni demain. La raison ? A l’Assemblée nationale hier mardi 09 octobre, les délégués de l’opposition parlementaire qui vont siéger à la CENI n’ont pas pu être élus pour la simple raison que la C14 dans le choix de la désignation de ses membres n’a pas pris en compte l’Union de forces de changement (UFC), un parti politique de l’opposition parlementaire. Au cours de la session de ce mardi 09 octobre où les membres des partis extra-parlementaires à l’instar de la CDPA et du PNP de même que le délégué de la société civile ont été élus puis nommés, les débats ont été houleux sur la question des représentants de l’opposition parlementaire. Malgré les arguments des uns et des autres, la question n’a pas trouvé de solution donc la recomposition de la CENI est toujours en attente.

Conformément aux recommandations de la deuxième rencontre du comité de suivi de la feuille de route de la CEDEAO du dimanche 23 septembre 2018, il demandé à la C14 de désigner huit membres dont cinq pour les partis parlementaires de l’opposition, deux de l’opposition extra-parlementaire et un de la société civile. Le même exercice avait été demandé au parti au pouvoir UNIR. Mais malheureusement dans la désignation de ses représentants à la CENI, la C14 a exclu l’UFC qu’elle a considérée qu’elle n’est plus parti politique de l’opposition.

Du côté de l’Union des Forces du Changement (UFC) il est inadmissible d’accepter cette politique d’exclusion de la C14 alors que la CEDEAO a demandé aux protagonistes de la crise la mise en place d’une CENI inclusive.

A l’Assemblée nationale ce mardi, chaque camp a défendu sa position.

« A partir de ce moment là, il y a rien d’autre à faire que de nommer les 5 membres pour qu’ils puissent rejoindre les trois qui ont été nommés pour qu’ils fassent les 8 qui revient à l’opposition. Et donc c’est ça qui va se passer dans les jours à venir », a promis l’Honorable  Isabelle Améganvi, Présidente du groupe parlementaire ANC (opposition parlementaire), parti membres de la coalition.

Pour elle, il n’y aura pas des discussions de couloir entre la C 14 et l’UFC pour que ce débat ne revienne plus sur la table. « Nous avons dépassé cette étape. Il  n’y a pas de concertation à avoir parce qu’en principe, la concertation qui devait y avoir a été réglée par le Comité de suivi de la CEDEAO, en donnant compétence à chaque partie au dialogue (le pouvoir et la coalition de l’opposition), de désigner librement ses membres. Si au sein de l’opposition un parti politique qui compte deux députés sur la totalité des 28 députés que compte l’opposition parlementaire, alors tout le monde comprendrait qu’il n’y a pas de discussion à avoir », a-t-elle fait savoir avant de préciser que « dans tous les cas, nous nous attendons que la totalité de nos huit représentants soit au complet et puis nous avancerons à partir de là ».

A  l’UFC, on ne veut pas se laisser faire et on veut suivre à l’esprit et la lettre du communiqué final du Comité de suivi de la mise en œuvre de la feuille de route.

« Le communiqué final du Comité de suivi de l’application de la feuille de route de la CEDEAO parle de maintenir ou de désigner librement les membres de chaque parti. Le communiqué dit en outre qu’il faut 5 pour l’opposition parlementaire conformément à la loi. La loi dont il est question ici est celle portant statut de l’opposition qui reconnait l’UFC comme parti de l’opposition parlementaire. Le communiqué du comité de suivi parle d’une CENI plus inclusive. Alors pourquoi voudrait-on exclure l’UFC de cette CENI ? », s’est interrogé Dr. Sambiani Djimongou, député UFC à l’Assemblée nationale.

Selon l’honorable Sambiani Djimongou, « le communiqué parle de 5 pour l’opposition parlementaire et non de 5 pour les partis d’opposition parlementaire membre de la C 14.

En clair, la séance de ce mardi n’a pas permis de régler la question sur l’entrée des nouveaux membres de l’opposition parlementaire à la CENI.

Toutefois, le Président de l’Assemblée nationale, Dama Dramani a promis que le problème sera réglé.

Laisser un commentaire