Après l’accord à l’unanimité des voix des députés au nouveau gouvernement pour leur confiance, le groupe parlementaire NET-PDP n’a pas perdu une seule seconde pour rappeler au nouvel exécutif les trois grands chantiers  qui l’attendent,c’est à travers sa déclaration que nous vous invitons à lire.

 

GROUPE PARLEMENTAIRE NET-PDP
Lomé, le 25 janvier 2019.
Déclaration
Vote de confiance au gouvernement

Madame le présidente de l’assemblée nationale,
Monsieur Le premier Ministre,
Messieurs les ministres d’Etats
Messieurs les membres du gouvernement,
Messieurs les ambassadeurs et membres du corps diplomatique
Honorables députés et chers collègues

Mesdames et messieurs les invités, à vos rangs, grades et qualités respectifs,

C’est avec beaucoup d’émotion mais aussi de responsabilité que je prends la parole, au nom du groupe parlementaire NET-PDP que j’ai honneur de présider, pour vous restituer nos sentiments suite à la déclaration de politique générale du gouvernement.

Monsieur le Premier ministre, ça va vite, très vite même. Et au groupe parlementaire NET-PDP, nous aimons ça. Même si je dois avouer que je commençais à prendre gout à vous croiser comme simple collègue député dans les couloirs interminables de notre assemblée nationale. J’espère que la même cordialité sera maintenue, même au plus fort des tempêtes politiques.
Le stratège chinois Sun Zhu disait : « Celui qui n’a pas d’objectifs ne risque pas de les atteindre » Aussi ne perdrais-je pas mon temps à commenter la composition de votre gouvernement. Seuls les objectifs et les moyens pour les atteindre, tels que vous nous les avez présentés, nous importent.

Je note dans votre déclaration de politique générale beaucoup d’excellentes propositions……, et la pénétration avec laquelle vous les avez présentés nous ôtent tous les doutes, mêmes aux plus sceptiques d’entre nous. Vous savez y faire et c’est une grande qualité, monsieur le Premier Ministre.
A mon tour de vous présenter, Excellence monsieur le Premier Ministre et chers membres du gouvernement, les trois priorités qui nous paraissent primordiales pour réconcilier les Togolais avec leur radieux destin.
Pour le groupe parlementaire NET-PDP, la première priorité concerne les réformes constitutionnelles. La commission des lois de la législature précédente a adopté un texte suffisamment audacieux, allant dans le sens des recommandations de la CEDEAO. Nous devons en urgence (quand je dis urgence, je parle en terme de jours, monsieur le premier ministre) rouvrir le dossier, ici à l’assemblée nationale, l’enrichir au besoin, et l’adopter dans les délais les plus courts. Le peuple togolais est fatigué d’attendre depuis 2006 et la signature de l’APG, la concrétisation de ces réformes constitutionnelles. La tâche en incombe certes à l’assemblée nationale, nous espérons ainsi que la majorité dont vous êtes issus, partage avec nous le même sentiment d’urgence nationale et agira avec la même célérité que celle qui a été mise à nous inviter à la présente cérémonie.

La seconde priorité concerne les élections locales, au plus tard au mois d’avril car il faut aller vite, comme vous savez le faire, monsieur le Premier ministre. Dans des Etats modernes comme le nôtre, aucun développement harmonieux du pays n’est possible sans une décentralisation maitrisée, seule capable de mobiliser et de sublimer les forces endogènes, pour les réalisations des Objectifs du Développement Durable.

La dernière priorité (je suis obligé de faire court) est la redevabilité politique. La redevabilité se définissant comme l’obligation de rendre compte de l’exercice de votre autorité, de l’autorité de tout le gouvernement. Monsieur le Premier ministre, notre groupe parlementaire souhaite que vous et vos ministres ne vous contentez par d’exécuter vos lettres des missions derrière le ronronnement des climatiseurs, entourés de moult experts dont les histogrammes et autres rapports aux styles alambiqués en ajoutent à la confusion, mais un gouvernement d’action, qui agit, explique, commente ses succès aussi bien que ses échecs. Un gouvernement qui met la lutte contre la corruption, l’emploi des jeunes et la recherche de la concorde nationale au centre de ses priorités. Qu’il y ait moins d’atelier de validation et plus de constructions de centres de santé, d’écoles et d’usines de transformations des produits agro-alimentaires dans nos préfectures de l’intérieur du pays.
Que la communication qui a cruellement manqué dans la précédente équipe revienne au cœur de l’action gouvernementale, afin que la presse et surtout nous les députés, nous ayons le grand privilège à échanger régulièrement avec vos ministres, (enfin, nos ministres parce que c’est les nôtres aussi) sur le contenu de leur action. Le relai à l’endroit des populations en sera meilleur, et la critique sera plus constructive, puisque le groupe parlementaire NET-PDP ne saurait, en tant que groupe de l’opposition parlementaire, vous sevrer de ce plaisir tout politique de subir les rigueurs de nos critiques. L’opposition s’oppose, dit-on.
La redevabilité politique incitera nous l’espérons les membres de votre gouvernement à se soumettre aux dispositions de l’article 145 de notre constitution en déclarant leurs biens devant la cour suprême, même si la loi n’en détermine pas encore la mise en œuvre. Pour finir, la redevabilité devrait contraindre vos ministres à avoir le courage de céder leur portefeuille, chaque fois qu’il deviendra manifeste qu’un parmi eux ne se trouverait par à la hauteur de la mission à lui confiée.

Monsieur le Premier Ministre, tout en espérant que ces trois priorités, sous votre subtile mais ferme dextérité, se réaliseront pour le bonheur du peuple togolais, le groupe parlementaire NET-PDP accorde son vote de confiance au gouvernement.
Je vous remercie.

Laisser un commentaire