Le pouvoir en place ne compte pas se prêter à des débats qui participeraient davantage à des « tentatives de relance du dialogue ou de manœuvres pour enliser le pays dans des discussions interminables ». Cette position du Gouvernement et du parti au pouvoir Union pour la République (UNIR) est exprimée par le Ministre Gilbert Bawara à l’issue de la première réunion du Comité de suivi de la mise en œuvre des recommandations de la CEDEAO pour une sortie de crise au Togo.

Dans un entretien accordé à nos confrères de Togo Breaking News, celui qui fait souvent office de porte-parole du Gouvernement a indiqué que la feuille de route de la CEDEAO ne nécessite pas des interprétations ou des développements superflus.

« Le gouvernement et sa majorité n’entendent pas participer à des débats sans objet qui participeraient davantage à des tentatives de relance du dialogue ou de recommencement des discussions sur des sujets déjà tranchés par le sommet du 31 juillet 2018 », a fait savoir le ministre Gilbert Bawara qui promet par ailleurs que le pouvoir dira et réaffirmera ce mardi à l’issue des travaux du comité de suivi, ce qu’il pense et continuera d’agir dans un esprit d’ouverture et de responsabilité.

Gilbert Bawara n’a pas manqué de saluer la bonne ambiance et l’esprit de respect mutuel qui règne au sein du Comité de suivi des recommandations des Chefs d’Etat et de Gouvernement de la CEDEAO. «Tout le monde est conscient des enjeux et de la portée déterminante des décisions de la CEDEAO. Ce n’est pas pour autant un motif qui nous conduirait à nous tirailler dans la salle de réunion », a-t-il précisé.

Il faut souligner que les travaux du Comité de suivi se déroulent sous la conduite du ministre Kan-Dapaah, représentant du président du Ghana, et du président de la Commission de la CEDEAO, Jean Claude Kassi Brou.

David K.

 

Laisser un commentaire