« Le Togo après le 20 décembre 2018 » : c’est la thématique au centre d’une conférence publique organisée ce lundi 25 février à Lomé par le Mouvement des « Forces Vives Espérance pour le Togo ». Occasion pour le Père Pierre-Marie Chanel AFFOGNON (coordonnateur du mouvement) et les autres panélistes d’analyser la situation sociopolitique togolaise et d’identifier les défis qui attendent le peuple togolais.

« Nous sommes venus pour communiquer avec nos frères et sœurs togolais particulièrement ceux de la capitale,  par ce que après les élections législatives du 20 décembre 2018 et tout ce qui s’est suivi, on a observé comme un silence de la part de notre mouvement mais en réalité il était très important de réfléchir et d’élaborer des stratégies pour la suite de nos actions », a fait savoir le Père Pierre-Marie Chanel AFFOGNON.

Les conférenciers ont regretté le fait que les élections législatives du 20 décembre 2018 se soient déroulées sans les réformes politiques et ceci, malgré le plaidoyer de certaines organisations de la société civile réclamant  le report desdites élections. Selon eux, le pouvoir a fait usage de la force pour que ces élections aient lieu, sans véritablement tenir compte de tout ce que le peuple exprime. « Le pouvoir doit être l’émanation du peuple », a relevé le père Pierre-Marie Chanel AFFOGNON.

À cet effet,  les Forces Vives Espérance pour le Togo appellent les Togolais à ne compter que sur eux-mêmes. Ils invitent les Togolais à prendre leurs responsabilités. Selon le père AFFOGNON, « il est très important que chaque togolais développe ses consciences personnelles  et rentrer en résistance ». Le mouvement précise que « la mobilisation et la résistance ici n’a pas d’acte de violence, mais il s’agit de s’engager et travailler pour la promotion des valeurs comme le bien commun,  la justice, la paix, la vérité  et la solidarité ».

Par ailleurs, en ce qui concerne les élections locales qui se profilent à l’horizon, le mouvement souhaite vivement que la question du fichier électoral soit revue. Le mouvement des Forces Vives Espérance pour le Togo a en outre interpellé les acteurs de la société civile à fédérer leurs énergies afin de coordonner les actions pour permettre aux citoyens Togolais de gagner leur vie.

Bernard DEHO (stagiaire)

Laisser un commentaire