Le Mouvement patriotique pour la démocratie et le développement (MPDD) a effectué sa rentrée politique 2019-2020 vendredi à Lomé. Il a été question pour la formation politique que dirige Agbeyome Kodjo, de réfléchir sur la vie sociopolitique du pays et le rôle du MPDD dans les prochaines échéances électorales notamment l’élection présidentielle de 2020. L’évènement a permis au bureau politique du parti, de présenter les élus locaux et les parlementaires issus de cette formation politique.

A l’issue de cette rentrée politique, l’ancien Premier ministre et actuel député à l’Assemblée nationale a encouragé l’opposition à construire une stratégie intelligente pour la réalisation de l’alternance en 2020 à travers la mise en place rapide d’une « cellule stratégique républicaine de l’opposition ».

A cet effet, il recommande aux forces de l’opposition républicaine de s’inspirer du pragmatisme et du patriotisme dont son parti a fait preuve lors des élections municipales de juin 2019. Selon Agbeyome Kodjo, l’objectif de cette cellule stratégique sera de «construire dès maintenant la feuille de route de la victoire et de la gouvernance plurielle du Togo en 2020 ». « Quand on connait la stratégie de l’adversaire, il faut lui imposer aussi une stratégie intelligente », a expliqué le président du MPDD.

« Si quelqu’un est décidé à gagner au premier tour et que vous alignez en face 3 ou 4 candidats, vous avez échoué avant le deuxième tour qui n’aura pas lieu. Si on est divisé déjà au premier tour, c’est l’échec assuré », a-t-il déclaré.

Néanmoins, le parti réclame des réformes du code électoral pour aspirer aux élections impartiales au Togo. « Candidature unique c’est bien mais si on ne fait pas les réformes du code électoral, si on n’assaini pas le fichier électoral, si la gouvernance électorale n’est pas vertueuse impartiale, ce qu’on craint va se reproduire », a-t-il dit.

Le MPDD est également revenu sur les dernières élections locales en dénonçant une mauvaise organisation qui a permis au parti au pouvoir de l’emporter largement. « Dans certaines communes, la fraude a été sacrée reine du scrutin ayant pour conséquence l’annulation du scrutin par endroits », affirment les responsables de ce parti qui s’en était sorti avec 25 conseillers municipaux élus dans 31 communes sur les 117 que compte le Togo.

Timothée KATALE

Laisser un commentaire