Comme annoncé il y a quelques jours par le ministère de la sécurité et de la protection civile, et celui des transports, le permis de conduire pour les motocyclistes sera de vigueur à partir du 20 septembre 2019. Une mesure saluée par le parti Nouvel Engagement Togolais (NET) qui demande au gouvernement d’accompagner avec fermeté la mise en œuvre de cette décision en commençant par une campagne de prévention routière, afin de « stopper l’hémorragie des accidents ».

Étant conscient que les accidents de circulation sont devenus l’une des principales causes de mortalité au Togo, surtout ceux impliquant les motocyclistes, le NET a indiqué que l’absence du permis de conduire n’est pas la seule cause des accidents de route.

« Il est constant que si dans les villes les accidents impliquent plus régulièrement les motocyclistes, sur les routes nationales, les accidents sont causés par les automobilistes, qui eux, disposent de permis de conduire », a souligné dans un communiqué, l’Honorable Gerry Taama, président national du NET.

De même, « la mauvaise signalisation (horizontale et verticale) sur les routes (cas de l’avenue Jean Paul II qui connait presque un accident par jour), l’état défectueux de certaines routes dans la capitale (Lycée technique Adidogomé – péage Zanguera, route de Segbé….) sont autant de causes d’accidents de route, sans compter la consommation d’alcool au volant ou à moto.  Plusieurs feux de signalisations restent parfois des mois entiers sans réparation. De même, la non-prise en charge des blessés dans les hôpitaux, où celui qui ne dispose pas de cash n’est pas soigné, est cause de plusieurs décès », a-t-il ajouté.

Face à ces contraintes, le NET, tout en saluant cette mesure du gouvernement qui sans doute sauvera des vies humaines, demande au ministre de la sécurité  « d’appliquer les sanctions prévues par la loi graduellement, en octroyant un sursis de six mois au cours desquels les vérifications ne feront pas l’objet de saisie des engins roulants, mais de conseils pédagogiques afin de permettre à toutes les personnes concernées de se mettre progressivement aux normes », lit-on dans le communiqué.

La Rédaction

 

Laisser un commentaire