Le 20 Octobre dernier, s’est déroulée la Convention nationale du parti OBUTS. Convention au cours de laquelle le parti a changé d’identité pour s’appeler désormais le MPDD, (Mouvement Patriotique pour la Démocratie et le Développement).Qu’est ce qui se cache derrière cette mutation et quelle analyse fait le Président du parti, M. Agbéyomé KODJO de la situation politique actuelle du Togo ? La rédaction de Kamgou est allée à sa rencontre.

 

KAMGOU : Bonjour M.  Agbéyomé Kodjo, vous êtes le Président national du MPDD, ancien OBUTS. Dites-nous pourquoi avoir choisi de changer de dénomination à votre formation politique ?

MPDD/AMK : Dans un contexte politique marqué par des crispations récurrentes, il s’est agi pour nous de proposer une offre politique novatrice et audacieuse par la création d’un Grand Mouvement politique transpartisan porteur de l’ambition de sereinement contribuer à l’avènement du Changement au Togo dans un environnement où le peuple togolais commençait par douter.

J’ai la conviction de ce qu’en mutualisant nos efforts, nous y parviendrons et ouvrirons des perspectives d’avenir plus heureuses pour le peuple togolais.

Par ailleurs, s’agissant de la formation politique OBUTS, après une décennie d’existence, elle avait besoin de faire sa mue et d’élargir la base de son électorat pour rendre possible un « new deal politique » (nouvelle donne politique) au Togo.

KAMGOU : OBUTS était en convention nationale le samedi 20 octobre. Dites-nous à quel souci répond ces assises ?

MPDD/AMK : Elles satisfont aux dispositions statutaires qui faisaient obligation à la formation politique OBUTS de réunir entre deux congrès une convention nationale pour une évaluation globale de nos activités relativement aux décisions du dernier congrès et pour procéder à des ajustements et ou réorientations qui s’imposaient par rapport aux résultats attendus.

Aussi, les travaux de notre Convention nationale ont-ils permis une évaluation objective de l’environnement économique et sociopolitique du pays, et la formulation d’exhortations à l’endroit des pouvoirs publics.

Enfin, ce fut l’occasion de rendre hommage aux militantes, aux militants et aux sympathisants dont la mobilisation sans faille aura permis à la formation politique OBUTS de surmonter toutes les péripéties qu’elle traversa ainsi que les différends handicaps qui furent dressés sur son parcours de vie politique.

KAMGOU : Il est clair que le MPDD se lance dans une nouvelle dynamique. Quels sont les nouvelles orientations et nouveaux défis que compte relever votre parti ?

MPDD/AMK : En effet, il nous a paru, qu’il y a matière à susciter, à imaginer et à élaborer des stratégies politiques transpartisanes et courageuses tendant à nous donner ensemble, des moyens appropriés à même d’ouvrir au Togo, la voie de l’émergence d’une République juste, d’une République qui protège et libère les énergies et les talents, des filles et des fils du Togo. Nous estimons en toute modestie, qu’un jour nouveau s’est levé et  formons le vœu de ce qu’il concourt au large rassemblement de tous les patriotes autour d’une grande cause porteuse d’intérêt général, à savoir : l’union au sein du creuset national. Cet horizon constitue notre première mission, dès que nous atteindrons la « masse critique », tout deviendra possible au moyen d’un cheminement politique lucide, discerné et pragmatique.

KAMGOU : Quelle est la position du MPDD par rapport aux prochaines échéances électorales ?

MPDD/AMK : Le -Mouvement Patriotique pour la Démocratie et le Développement- sera présent aux prochaines échéances électorales si toutes les garanties d’équité et de transparence sont réunies.  Au demeurant, il s’agit en l’espèce, d’une résolution de la Convention nationale.

KAMGOU : Quels commentaires faites-vous de la situation actuelle de la crise togolaise et les travaux du Comité de suivi des recommandations de la CEDEAO ?

MPDD/AMK : Le spectacle que nous offre certaines formations politiques paraît préoccupante à plusieurs égards, au regard de la misère qui corsète tous les profils sociologiques des populations togolaises. J’ai l’intime conviction de ce que le comité de suivi de la CEDEAO n’aura de cesse de faire respecter la lettre et l’esprit de l’entier contenu de la feuille de route à laquelle toutes les parties prenantes ont librement consenties.

KAMGOU : A l’issue de votre Convention nationale, vous avez appelé à une prorogation du Recensement électoral. Quels sont les motifs de cette décision ?

MPDD/AMK : Cette exhortation relève à la fois d’un souci de justice et d’un élémentaire bon sens. N’est-il pas constant que l’enrôlement sur les listes électorales dans le cadre de la constitution d’un fichier électoral national procède d’une obligation civique et citoyenne ?

Or, il se trouve que dans la zone 1, à la clôture des opérations d’enrôlement, beaucoup de nos compatriotes en de nombreux CRV n’ont pas pu s’inscrire en raison des pannes répétées qui affectèrent les kits, des erreurs logistiques et de la démobilisation de nombre des d’électeurs en raison de l’appel au boycott lancé par les leaders de la C14.

KAMGOU : Un mot à l’endroit de la classe politique togolaise.

MPDD/AMK : Notre agenda politique n’est dicté par aucun oukase : ni médiatique ni d’agitateurs ni de commentateurs. Ensemble tout devient possible. Élevons nos pensées au-dessus de nos divergences et convergeons nos esprits et nos actions pour l’ultime objectif qui n’est autre que de parvenir à un Changement paisible de la pratique et des mœurs politiques au Togo.

Estelle KOUDJONOU.

Laisser un commentaire