C’est dorénavent le cadre de référence de toutes les actions en matière de développement au Togo. Le Plan National de Développement (PND) a été officiellement lancé au cours d’une cérémonie présidée par le Chef de l’Etat Faure Gnassingbé ce lundi 04 Mars à Lomé. L’enjeu du PND qui couvre la période 2018-2022 est non seulement de preserver les avancées économiques enregistrées, mais aussi de les consolider tout en mettant l’accent sur la redistribution des richesses entre les fils et filles du pays.

« Le PND porte de grandes ambitions. Ce n’est pas juste un plan de plus. Ce n’est pas non plus un outil de théoriciens qui seraient les seuls à pouvoir en parler. Non. Le PND est formulé dans une démarche inclusive et cohérente, dont la trame demeure la recherche de meilleures conditions de vie pour nos populations », a expliqué le Chef de l’Etat Faure Gnassingbé qui précise par ailleurs que dans la mise en œuvre du PND, il sera remédié aux faiblesses structurelles et institutionnelles par une judicieuse intervention de l’Etat qui veillera à affecter les ressources aux priorités de développement.

« La formulation minutieuse et détaillée du PND -avec des objectifs spécifiques et des projets clairement identifiés- assure l’attractivité du pays aux investissements d’une part, en même temps qu’elle définit un cadre optimal pour l’alignement des financements étrangers sur les priorités nationales », a-t-il souligné.

Encadré par le Projet de société du Chef de l’Etat décliné dans la déclaration de politique générale du gouvernement, le PND s’inspire aussi de l’agenda 2030 de développement durable, de l’agenda 2063 de l’Union Africaine et de la Vision 2020 de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO).

Le PND ambitionne de “transformer structurellement l’économie, pour une croissance forte, durable, résiliente, inclusive, créatrice d’emplois et induisant l’amélioration du bien-être social”. Il repose sur trois principaux axes : Consolider le développement social et renforcer les mécanismes d’inclusion, mettre en place un hub logistique d’excellence et le développement d’un centre d’affaires de premier ordre dans la sous-région, et développer des pôles de transformation agricole, manufacturiers et d’industries extractives.

Plus de 4622,2 milliards de FCFA de ressources devraient être mobilisées pour la mise en oeuvre du PND avec une forte implication du secteur privé (65 %). Il est en outre visé, la création de 500.000 emplois directs et une baisse significative de l’indice de pauvreté de 44,6%.

A l’occasion de la cérémonie du lancement, le représentant des jeunes entrepreneurs a relevé que ces dernières années, deux concepts sont souvent revenus dans les programmes du gouvernement: la croissance inclusive et la prospérité partagée. Selon Koudou Dovi, le PND est “une réponse aux nombreux défis que notre pays doit encore relever pour éliminer totalement la pauvreté au quotidien de certains de nos populations” Il a rassuré les autorités de l’engagement de la jeunesse et du peuple togolais à accompagner et tirer le meilleur de la mise en oeuvre du plan national de développement.

Il faut souligner que plusieurs personnalités ont fait le déplacement de Lomé pour le lancement de cet ambitieux programme de développement du Togo. Au rang de ces personnalités qui ont eu à animer un panel sur le PND, Gilbert Houngbo, le directeur général du FIDA (Fonds international de développement agricole), Carlos Lopes, ancien secrétaire exécutif de la Commission économique pour l’Afrique (ONU) et conseiller sur ce projet, Lionel Zinsou, (ancien Premier ministre du Bénin, banquier d’affaires et aujourd’hui à la tête de SouthBridge, une société de conseil financier et stratégique dédiée au continent africain), Patrick Sevaistre, membre du Conseil français des investisseurs en Afrique et Ade Ayeyemi, le président d’Ecobank.

Laisser un commentaire