Un atelier de validation sur l’état des lieux de la criminalité liée aux espèces de faune et de flore sauvages se déroule du 3 au 4 octobre au ministère en charge des ressources forestières.

Les participants planchent sur la mise en œuvre de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES) et sur l’exploitation illégale ou le commerce illicite des espèces de faune et de flore.

La CITES ou encore comme la Convention de Washington, est un accord international entre Etats. Elle a pour but de veiller à ce que le commerce international des spécimens d’animaux et de plantes sauvages ne menace pas la survie des espèces auxquelles ils appartiennent.

Le secrétaire général du ministère en charge des ressources forestières M. Sama Boundjow en ouvrant cet atelier a déclaré que ‘’ l’exploitation illégale et le commerce illicite constituent l’un des principaux facteurs de perte de la biodiversité, causant des dommages désastreux et irréversibles aux ressources naturelles’’.

L’atelier est organisé par le ministère de l’environnement et des ressources forestières avec le soutien financier de l’ONG Free Born USA, dans le cadre de son programme sur la biodiversité et le changement climatique en Afrique.

 

 

Laisser un commentaire