Les postures radicales et sans concession risquent d’exacerber la crise politique actuelle. C’est le constat du Mouvement Patriotique pour la Démocratie et le Développement (MPDD) dans un communiqué rendu public le 27 novembre. Le parti d’Agbéyomé Kodjo, qui prend part aux prochaines élections législatives, estime que les recommandations de la CEDEAO doivent être appliquées avant la tenue des élections. Ce qui permettra selon les responsables du MPDD « d’éviter la tragédie et d’espérer construire ensemble un Togo uni et paisible ».
Il ne fait l’ombre d’aucun doute. Le MPDD prendra part au prochain scrutin législatif. Le parti compte ainsi œuvrer de tout son poids et de son expérience à l’amélioration de la gouvernance politique, économique et électorale du pays conformément aux aspirations du peuple, si les électeurs lui accordent un score important.

Dans sa note, le MPDD indique qu’il possible de comprendre les raisons qui ont poussé la Coalition des 14 partis politiques à se mettre en marge du processus électoral actuel. Mais pour cette formation politique, les leaders de ce regroupement ont mésestimé « les conséquences collatérales des précédents boycotts sur la trajectoire de vie de la nation et des conditions de vie » des togolais.

Réaffirmant son adhésion à la feuille de route de la CEDEAO, le MPDD soutient qu’il devient urgent que soient mis en œuvre l’ensemble des recommandations « avant le scrutin législatif, dans la mesure du possible, pour la préservation de la paix sociale et la cohésion nationale ».
« La formation politique MPDD invite la Représentation Nationale à suivre la procédure parlementaire relativement à la proposition de modification de la Constitution, formulée par l’expert constitutionnaliste de la CEDEAO s’agissant des dispositions des articles 59, 60 et 100 de la Loi fondamentale de notre pays », lit-on dans le communiqué signé par Agbéyomé Kodjo.

Le MPDD salue également l’exhortation de la Conférence des Evêques du Togo lors de sa 3ème session ordinaire de l’année 2018. En effet, les prélats en appelaient à « la conscience et à la raison des uns et des autres, à l’arrêt de tout calcul politicien et de toute violence d’où qu’elle vienne, au respect des engagements et de la parole donnée, des libertés, des règles démocratiques, à la mise en œuvre des réformes constitutionnelles, institutionnelles et électorales, seules susceptibles de garantir des élections libres, transparentes et crédibles, gage d’une paix durable »…

« Le MPDD rappelle utilement qu’aucune posture radicale et sans concession ne contribuera guère à la décrispation de la crise politique actuelle, au contraire elle risque de l’exacerber », écrit M. Kodjo.

La formation politique de l’ancien Premier ministre togolais encourage le gouvernement de Faure Gnassingbé à « faire l’ultime effort pour édicter des mesures d’apaisement en vue de la décrispation de la situation sociopolitique actuelle » avant les élections prochaines.
« Il est encore temps d’éviter la tragédie et d’espérer construire ensemble un Togo uni et paisible, qui garantit à chacun de ses enfants ses droits fondamentaux, la liberté, la justice, et l’égalité des chances », conclut la note.

Laisser un commentaire