A la date limite du 19 novembre 2018 pour le dépôt des candidatures dans le cadre des législatives du 20 décembre prochain, la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) a enregistré en tout 140 dossiers provenant de 12 partis politiques, de regroupement de partis politiques et d’indépendants soit 856 candidats. L’information a été donnée par le Président de la CENI, Prof. Kodjona Kadanga qui était face à la presse ce vendredi au siège de l’institution à Lomé.

Ces dossiers ont été déjà transmis à la Cour Constitutionnelle pour examen en vue de la publication de la liste définitive, ceci après les vérifications administratives par les services du Ministère de l’administration territoriale, de la décentralisation et des collectivités locales. Cette étape selon le Président de la CENI, ouvre la voie à la campagne électorale à partir du 04 décembre prochain.

Mais avant cette date, M. Kodjona Kadanga a indiqué que l’affichage de la liste électorale provisoire dans tous les Centres de Recensement et de Vote (CRV) aura lieu le 30 novembre 2018, ouvrant la phase du contentieux de l’inscription sur les listes électorales.

« A ce stade, tout citoyen qui estime qu’il subsiste sur ces listes des électeurs indûment inscrits (présumés mineurs, étrangers, décédés etc.…) ou au contraire que des  électeurs ont été radiés à tort ou omis, peut saisir dans un premier temps la CELI territorialement compétente, puis la CENI en cas d’insatisfaction », a-t-il ajouté, précisant que ce recours doit être introduit dans les 48 heurs qui suivent l’affichage des listes électorales. « Le tribunal peut être saisi en cas de besoin », a fait savoir Kodjona Kadanga.

Selon les chiffres communiqués par la CENI, au total 3.041.599 personnes ont été enrôlées lors des opérations du recensement soit 1.428.273 hommes et 1.613.326 femmes. Les statistiques de la prorogation exceptionnelle du recensement (du 16 au 18 novembre) donnent provisoirement pour leur part, 210.000 enrôlés.

Les données issues du recensement sont en cours de traitement au Centre National de Traitement des Données (CNTD). Selon la CENI, ce service procèdera au dé-doublonnage, une opération qui intègre plusieurs repères incluant les empreintes des inscrits et d’autres données qui permettront de ne garder sur les listes électorales qu’une seule inscription pour chaque électeur.

« Le principe est et demeure : un électeur, une voix conformément aux dispositions du code électoral », a expliqué le Président de la CENI.

Laisser un commentaire