Le mouvement des Forces Vives “Espérance pour le Togo” dans sa mission de veille citoyenne a organisé un forum citoyen national les 15 et 16 mars 2019 à Lomé.Il s’agit selon lui de rappeler à tout citoyen de tous les bords ce qu’il peut faire pour le bien commun et le vivre ensemble.

“Chemins de convergence pour fédérer les énergies et stratégies” ,c’est le thème autour duquel se sont déroulés les échanges et réflexions durant les deux jours. L’objectif, selon les organisateurs, c’est d’être ensemble en tant que fils et filles du Togo pour réfléchir sur les chemins de convergence pour arriver à fédérer les énergies, agir ensemble en vue de construire un Togo uni, prospère, solidaire dans la justice et pour l’épanouissement de chaque citoyen où les fils et filles peuvent vivre dignement, où les droits de l’homme sont respectés et où la démocratie et l’État de droit sont une réalité: “Nous avons appelé les différentes organisations de la société civile, les citoyens et citoyennes, la diaspora, tous ceux qui partagent la vision d’un bonheur pour le grand nombre de togolais à se joindre à nous pour cette marche qui n’est contre personne”, a laissé attendre le père Pierre-Marie Chanel AFFOGNON,premier porte-parole du mouvement des Forces Vives “Espérance pour le Togo”.
Pour lui, la déclaration consensuelle qui a sanctionné ces deux jours de réflexion, voudrait préciser la vision commune du mouvement et identifier les actions concrètes à mener pour atteindre cette vision.
Les Forces Vives “Espérance pour le Togo,” au terme des 48 heures de réflexions, ont invité les citoyens à “laisser tomber les oppositions artificielles : ethnie contre ethnie, nord contre sud, armée contre civils, partis politiques contre société civile, gouvernement contre opposition, pour viser une convergence dans les stratégies de la recherche du bien commun pour tous“.C’est ainsi que l’on peut briser toute bipolarisation instrumentale selon eux car “les différences sont des richesses au lieu d’effrayer“.
Le forum a été sanctionné par une déclaration où les Forces Vives ont formulé non seulement des recommandations à l’endroit des acteurs de la vie sociale et politique mais aussi des engagements fermes pour arriver au bonheur du plus grand nombre des togolais.
En termes de recommandations, les signataires de cette déclaration ont demandé au gouvernement d’instaurer un climat de paix sociale dans le pays en libérant les personnes encore injustement détenues,ils ont exhorté les forces de l’ordre à ne pas sortir des cadres légaux de leur action de protection de l’ordre public et des citoyens.Ils exigent que les reformes constitutionnelles, institutionnelles et électorales soient faites de toute urgence avant toute nouvelle élection,demandent au gouvernement de faire des efforts en vue de la moralisation de la vie publique en exigeant de ses agents l’arrêt des pratiques de corruption pendant le processus électoral et aux forces de l’ordre de renoncer à l’intimidation des citoyens durant la période électorale.A l’endroit des partis politiques, les signataires leur demandent de s’engager pour le respect des résultats sortis des urnes à l’issue des élections qu’ils souhaitent transparentes et équitables.
De ce fait, les Forces Vives se sont engagés à poursuivre la lutte pour que les reformes soient effectives et ont promis mettre tout en œuvre pour que la non-violence verbale et physique soit une règle de conduite durant et après le processus électoral.

« Tout ce qui ressort comme orientations recommandations et décisions sont contenues dans notre déclaration finale qui va se retrouver entre les mains de tous les togolais pour une lecture. En résumé, nous avons dégagé une vision, la vision est de travailler pour le bonheur du plus grand nombre des togolais. Nous avons fixé des missions, des missions liées à nous citoyens, liées au gouvernement et aux acteurs de la vie politique de notre pays. Parmi ces missions, nous avons insisté sur le fait que le gouvernement doit procéder à la libération des détenus politiques et aussi les détenus des différentes manifestations. Nous avons recommandé que soit levée cette situation qui donne comme impression que certaines localités du pays sont en état de siège. Nous avons insisté sur le fait que les acteurs politiques de notre pays doivent se parler car aucun pays ne peut se construire quand ses enfants ne se parlent pas. Il y’a urgence à ce qu’ils se parlent de façon sincère, vraie et qu’ils prennent l’engagement de faire reculer rapidement la misère dans notre pays. Nous sommes engagés à ce que dans notre pays il n’y ait pas de chasse aux sorcières et qu’il n’y ait pas de vengeance. Nous avons proclamé haut et fort que nous allons continuer notre combat qui est la restauration en termes de bonheur pour tous mais nous sommes contre tout acte de violence », a ajouté le père Pierre-Marie Chanel AFFOGNON avant de préciser par ailleurs, « Nous n’appartenons à aucune tendance politique, au contraire nous voudrions relayer la voix des sans voix, nous voudrions relayer la voix du peuple ».
Il a invité les différentes tendances politiques à prendre le chemin de la fraternité en se donnant les mains pour relayer le Togo. Selon lui c’est une urgence et un devoir patriotique.
Pour sa part, le coordonnateur de CODI-TOGO,Pierre KPODAR satisfait des 48 heures de discussions, a invité les citoyens togolais à prendre conscience de la situation du Togo. « A l’issue de ces deux journées il y’ une charte qui a été communiquée et ce sera notre charte qui donne un rêve, car tout commence par une utopie, une utopie devient un rêve et un rêve devient une réalité quand tout le monde se met ensemble pour travailler à la réalisation de ce rêve. Nous allons continuer la plaidoirie de la cause des togolais qui souffrent depuis près de 50 ans pour que notre pays aussi devienne une démocratie où les citoyens se sentent libres pour s’exprimer. Je suis convaincu que les valeurs que nous venons de définir à ce forum auront une suite favorable », a déclaré ce dernier.
Le mouvement des Forces Vives “Espérance pour le Togo” a vu le jour le 4 Septembre 2018 et vise un changement axé sur un État de droit et le bien-être social de tous les togolais.

La Rédaction

Laisser un commentaire