Lors de la session du 32e sommet à Addis-Abeba, le Rwandais Paul Kagamé a cédé son siège de président en exercice de l’Union africaine (UA) à son homologue égyptien Abdel Fattah al-Sissi pour une période de 12 mois. Cette session a aussi été l’occasion de dévoiler l’identité de la présidence suivante, en 2020. Il s’agira de l’Afrique du Sud, et donc de son président Cyril Ramaphosa.

L’égyptien Abdel Fattah al-Sissi est désormais président en exercice de l’union africaine (UA). Au cours de la session d’ouverture du 32e sommet à Addis-Abeba, son prédécesseur, Paul Kagamé, lui a cédé son fauteuil après une année d’exercice.

Pour le nouveau patron de l’UA, le développement des infrastructures, l’accélération de l’entrée en vigueur de la zone de libre-échange continentale africaine (ZLEC) et la création d’emplois pour la jeunesse du continent, sont entre autres les grands piliers de son agenda. Il a aussi insisté sur la lutte contre le terrorisme et la reconstruction des sociétés post-conflit.

L’égyptien a ainsi appelé les pays africains à travailler en solidarité pour relever les défis liés à ces priorités de développement, permettant ainsi d’atteindre les Objectifs de développement durable (ODD) définis par les Nations Unies d’ici 2030.

Le président sortant de l’Union Africaine a marqué de son empreinte l’organisation panafricaine en incarnant l’esprit de réforme au sein de l’institution.

Bernard DEHO, stagiaire

Laisser un commentaire