La révision des listes électorales,initialement prévue pour durer trois jours (16, 17 et 18 mai), a finalement été prorogée d’une journée supplémentaire par la CENI, ceci pour permettre à ceux qui n’ont pas pu se faire  recenser dans les trois journées de le faire.

Mais à la fin de ces quatre journées de recensement,nonobstant la prorogation, le constat fait est qu’il y’a plusieurs personnes qui n’ont pas pu se faire recenser.
Et pour cause,la lenteur des opérations dans les centres que l’ une de nos équipes a sillonné ce dimanche 19 mai.
Des sauts d’humeurs d’un côté, des insultes d’un autre,les citoyens sont furieux de passer à 10h pour faire leurs cartes et de ne repartir qu’à 16h. Ce qui démontre le caractère lent du processus. De plus, les machines tombent constamment en panne, ce qui handicape le recensement à certains endroits. Certains citoyens ont dénoncé le fait que lorsqu’ils sont eux dans la queue qui n’avance pas, certains arrivent avec leur voiture et on les fait entrer en court-circuitant la panoplie de personnes qui se trouvent dans les longues queues:
Cela n’encourage pas vraiment les gens à venir se faire recenser. Le processus est très lent. Tu ne peux pas quitter ton travail et venir te mettre dans une queue pendant plus de 5h de temps. Plusieurs personnes sont venues mais ils étaient obligées de repartir.” a déclaré Klétus KOMKO, un citoyen venu se faire recenser au centre de recensement du Complexe Scolaire La source à Agoe-nyivé.Les opérateurs de saisie quant à eux, se sont abstenus de tout commentaire.

Quoiqu’il en soit, il reste encore un certain nombre de personnes qui ne se sont pas faites recenser. Il y aura t- il encore une possibilité pour elles ? Aux instances compétentes de répondre.

Timothée KATALE (Stagiaire).

Laisser un commentaire