Depuis 2014, l’ONG Union des Jeunes Pour le Développement (UJPOD) s’est positionnée comme un acteur majeur dans le monde de la société civile togolaise pour promouvoir la bonne santé mentale de la population. Cette organisation a encore saisi l’occasion de la célébration le 10 octobre dernier, de l’édition 2018 de la journée mondiale de la santé mentale pour mener une série d’activités avec le soutien de ses partenaires pour le bien des populations.

Les activités qui se sont étalées sur trois journées consécutives notamment les 17, 18 et 19 octobre dans les préfectures de Zio et d’Agoè-Nyivé, ont permis à l’ONG non seulement de former les paramédicaux à mieux détecter et orienter les patients souffrants de troubles mentaux, mais aussi de renforcer les capacités des leaders communautaires  sur l’approche moderne des maladies mentales.

A l’occasion, les populations ont été également encouragées à éviter la discrimination des personnes souffrant de ces affections, mais plutôt de les conduire dans les centres de prise en charge appropriés.

« Le traitement de la détresse psychologique et des troubles mentaux est encore largement négligé et la discrimination à l’égard des malades mentaux fortement présente. Le manque d’information général  concernant les troubles mentaux participent à entretenir les mauvais traitements que subissent les personnes souffrant de ces affections », a indiqué le Directeur exécutif de l’ONG UJPOD, Samson ZEMELO au cours d’une rencontre avec la presse ce mardi au siège de l’organisation sis à Adéticopé.

Pour marquer la célébration de ces journées, des dons composés de vivres et de non vivres ont été par ailleurs faits aux patients de l’hôpital de Zébé et à ceux du Centre Paul Louis René de Kégué à Lomé.

Selon le Directeur exécutif de l’ONG UJPOD, le Togo manque cruellement d’un cadre législatif permettant aux malades mentaux de faire valoir leur droit et le respect de leur dignité. Il a expliqué que les troubles mentaux peuvent avoir comme facteur de risque, des causes génétiques, socioéconomiques (pauvreté), environnementales (calamité naturelle, conflits, troubles sociopolitique…) et biologiques (induis par des germes de virus ou des bactéries).

Créée en 2005, l’ONG UJPOD œuvre essentiellement pour le développement socio économique des populations défavorisées. Elle focalise ses activités dans divers domaines dont la santé, l’éducation, et l’environnement ; ceci sur la base des principes du volontariat, du bénévolat et de la coopération internationale. Après sa reconnaissance en 2014 au titre d’organisation d’utilité publique, UJPOD a signé en 2015, un accord-programme avec le gouvernement à travers le Ministère de la planification du développement.

Laisser un commentaire