A l’appel du Parti National Panafricain (PNP), des manifestations politiques se sont déroulées ce samedi 13 avril notamment à Lomé et dans certaines localités de l’intérieur du pays. Au bilan, ces manifestations ont fait un mort notamment à Bafilo dans le nord du pays, des blessés suite à des affrontements entre manifestants et forces de l’ordre, et des arrestations.

« Le bilan est lourd : officiellement un mort. Monsieur Ziedhine Traoré, militant PNP résidant dans la ville de Bafilo, battu à mort par des militaires, des dizaines de blessés, des arrestations », ont indiqué dans un communiqué, les responsables du PNP à l’issue de la manifestation.

« Cet après-midi (samedi, Ndlr), la résidence de Monsieur Tikpi Atchadam, Président du PNP, a été vandalisée par des militaires. Trois jeunes chargés de la sécurité à son domicile (les sieurs Moumouni Ganiou, Ali Sadikou et Kpamkpama Ilyassou) ont été enlevés et conduits vers une destination jusqu’ici inconnue », précisent les responsables du parti qui dénoncent par ailleurs, « une violation de la liberté de manifestation et autres droits de l’homme et les libertés publiques ».

Le gouvernement de son côté, explique que les manifestations de samedi, « se sont déroulées au mépris total des recommandations faites non seulement dans les villes recommandées, mais aussi dans les localités qui n’étaient pas concernées ». Selon le ministre de la sécurité, le général Yark Damehame, le malheureux évènement survenu à Bafilo s’est produit lorsque des jeunes qui se sont lancés dans la rue pour rallier le centre-ville, ont été dispersés par les forces de l’ordre.

« A Bafilo où la manifestation n’était pas recommandée, un regroupement de manifestants a été dispersé par les forces de l’ordre. Au cours de la dispersion, un manifestant est tombé et a été aussitôt évacué au centre hospitalier préfectoral par les forces de l’ordre où il a malheureusement succombé quelques instants plus tard », a indiqué dans une communiqué, le ministre Yark Damehame.

« Pour le moment, les circonstances de ce décès ne sont pas encore élucidées. Mais une chose est claire: il n’est pas mort par balle (…), Il se pourrait qu’il ait succombé dans une bousculade. Seuls les résultats du médecin légiste pourront nous situer », a-t-il fait savoir tout en  présentant ses condoléances à la famille de la victime.

« De plus, des manifestants ont perturbé le Tour cycliste du Togo, au niveau de Sokodé, en lançant des projectiles aux éléments de tête qui venaient de Kara pour se rendre à Tchamba », a souligné le ministre de la sécurité. Cette situation a poussé les organisateurs du tour, à annuler la quatrième étape courue samedi.

Il faut relever que les manifestations du PNP n’étaient autorisées que dans trois villes du pays notamment Lomé, Afagnan et Sokodé. Le parti avait de son côté maintenu sa décision de manifester dans 10 villes. Par ailleurs à Lomé, les manifestants ont voulu maintenir leurs itinéraires, contrairement à ceux décidés par le Gouvernement. Une situation qui a occasionné des affrontements entre forces de l’ordre et manifestants notamment à Agoè dans la banlieue nord de la capitale Lomé, avec des tirs de gaz lacrymogènes pour disperser les jeunes, des courses poursuites dans les rues du quartier de même que des arrestations.

Le PNP exige entre autres, la libération des détenus politiques, la mise en œuvre des recommandations de la CEDEAO relatives aux réformes constitutionnelles, institutionnelles.

Laisser un commentaire