En conférence de presse ce jeudi 31 janvier, la secrétaire d’État auprès de la Présidence de la République chargée du secteur informel et de l’inclusion financière a dressé le bilan de son exercice 2018.

Ce département regroupe sous sa tutelle le Fonds National de la Finance Inclusive (FNFI), la Délégation à l’Organisation du Secteur Informel (DOSI), la Direction de la Promotion de la Finance Inclusive (DPFI), le Programme National de Promotion de l’Entrepreneuriat Rural (PNPER) et le Programme School Assur.
Selon la Secrétaire d’État, le programme sur l’initiative du Président de la République Faure Gnassingbé « SCHOOL Assur » qui vise à assurer une couverture santé à plus de 2 millions d’élèves et écoliers des établissements publics a enregistré sur la période « 2017-2018 », 1.768.943 bénéficiaires sur l’ensemble du territoire national et 103.823 d’entre eux ont bénéficié de prise en charge sanitaire.Concernant le FNFI, 1.553.201 crédits ont été octroyés pour une valeur totale de 80,847 milliards F CFA au cours des cinq années de sa mise en œuvre (2014-2018). Parlant de la DOSI, 182 acteurs ont bénéficié d’un accompagnement au cours de l’année 2018 à travers le projet « ZOKEKE ».
168 autres ont été formés et 1.712 pièces d’identité ont été établies.
« Le Secrétariat d’État s’est forcé de mettre l’accent sur la qualité des interventions d’inclusion financière aux côtés des différents acteurs du pays. Au niveau de la DPFI, nous avons renforcé les capacités de nos partenaires financiers en mettant l’accent sur la gouvernance. Au niveau du PNPER qui a rejoint le Secrétariat d’État en juillet 2018, nous avons mis en application les principales recommandations du bailleur lors de sa revue à mi-parcours et cela s’est traduit par l’accroissement du taux de décaissement qui est passé de 9% à 16% de juillet à décembre 2018 et 77 plans d’affaires sont en cours de financement.
De manière globale nous avons constaté au niveau du Secrétariat d’État, l’amélioration des performances, l’optimisation de notre trésorerie et pour le FNFI principalement, le défi d’autonomisation que nous avions entamé en 2018 s’est concrétisé depuis le 1er janvier 2019 », a déclaré Mme Assih.

Le FNFI se donne pour perspectives, l’introduction dans les mois prochains de cinq (5) nouveaux produits, le renforcement des capacités, la pérennisation de l’institution, cap sur les performances améliorées.
La DOSI va quant à elle renforcer la stratégie nationale de formation du secteur, effectuer des réformes organisationnelles et faire une gestion axée sur les performances.

Laisser un commentaire