Il devient de plus en plus difficile aujourd’hui d’acquérir avec les seuls cours reçus dans les classes, les compétences et ressources nécessaires en termes d’habileté, d’aptitudes et d’attitudes devant permettre aux jeunes d’être à l’abri du chômage. Face aux exigences du marché du travail et aux nombreux défis du développement, il est impérieux de préparer les élèves dès le niveau secondaire à comprendre les enjeux actuels liés à leur insertion professionnelle et à leur contribution au développement national.

Pour répondre à ce besoin, l’ONG Initiatives des Jeunes pour le Développement (IJD) en collaboration avec le Ministère de l’enseignement technique, de la formation et de l’insertion professionnelle, a procédé ce jeudi 21 février 2019 au lancement du Projet d’Appui à la Promotion de l’Education Citoyenne et Entrepreneurial dans les Etablissements Scolaires (PAPECEES-TOGO), lequel projet vient confirmer les actions initiées déjà par le gouvernement. PAPECEES-TOGO vise en général à promouvoir au sein des établissements la culture entrepreneuriale et citoyenne et en particulier à renforcer les capacités des élèves en matière de développement communautaire, favoriser l’acquisition de notions et valeurs dans le domaine de l’entrepreneuriat et de contribuer à une meilleure orientation scolaire et carrière professionnelle.

Selon le directeur exécutif de l’ONG IJD M. Pascal Edoh AGBOVE,« l’Etat est conscient qu’il ne peut plus lui seul régler le problème d’emploi des jeunes. L’Etat  a mis en place des dispositifs pour permettre aux jeunes en fin de formation, de pouvoir créer leurs propres entreprises. Ces actions menées en aval, ne répondent pas effectivement aux préoccupations des jeunes par ce que les jeunes ne sont pas préparés dans le système éducatif avant d’entreprendre. Aujourd’hui nous avons pensé qu’il est important de préparer les élèves afin qu’ils comprennent mieux l’importance de l’entrepreneuriat qui est la base de tout développement. Il ne suffit pas seulement de trouver de l’emploi mais le fondamental c’est de permettre aux citoyens de participer à la création de la richesse. Ce projet va aider les jeunes à s’intéresser aux questions de développement de leurs communautés, protection de l’environnement et tout ce qui concerne les problèmes de la société. Dans le cadre de ce projet, chaque mois il y aura un camp d’initiation à la vie professionnelle. Plusieurs professionnels viendront encadrer les jeunes selon leurs parcours professionnels afin qu’ils puissent mieux opérer leurs choix de carrières professionnelles. Ceci pour aider l’Etat à régler durablement le problème de chômage des jeunes », a déclaré M. AGBOVE.

Dans les établissements scolaires, il sera installé et encadré des groupes scolaires appelés  ‘’Club des Bâtisseurs de la Cité’’, les élèves vont cultiver la vie associative. Ce club sera géré par les élèves qui seront eux-mêmes au centre des activités. Ils vont initier les projets. Ces activités se dérouleront en dehors des heures de cours avec l’accompagnement de l’ONG IJD.

Le proviseur du lycée technique d’Adidogomé, AFANDAWOE Ayawo, de son côté, a salué l’initiative de IJD : « Ce projet vient remplir un des maillons que nous n’avons pas cerné dans notre système d’enseignement classique. L’important c’est que désormais nous aurons la certitude que nos apprenants, en sortant, peuvent mettre en pratique les notions que nous leur donnons, qu’ils soient à l’aide ce projet les artisans du développement de leurs communautés », a souligné le proviseur.

Les élèves par leur représentante KLEKLEMESSI Dziédzom, ont remercié l’Etat, l’ONG IJD et ses partenaires.« Ce projet nous interpelle nous apprenants, la jeunesse togolaise à se prendre en charge pour devenir les responsables et les acteurs de développement de demain. Nous sommes invités à développer notre potentialité et notre esprit entrepreneurial pour ne pas attendre que l’Etat  nous embauche », a-t-elle formulé.

L’ONG IJD entend par ce projet, former de nouveaux types de citoyens capables de se prendre en charge et de contribuer efficacement au développement de leurs communautés.

Bernard DEHO, Stagiaire

Laisser un commentaire