Le journal français en ligne, « La lettre du continent », dans son numéro 782 de ce mercredi 22 août, vient encore de cibler le Togo. Selon ce journal qui au plus fort de la crise sociopolitique togolaise, relayait des informations sensibles aussi bien sur le pouvoir que sur la coalition des 14, près d’une quarantaine d’officiers et de militaires de divers corps de l’armée togolaise, 39 pour être plus précis, ont déserté depuis le début de 2018.

C’est un chiffre « anormalement élevé », soutient-il, soulignant qu’en 2017, on a dénombré seulement 6 désertions auxquelles s’ajoutent des « demandes de départ volontaire émanant de 4 officiers ».

Ces dernières demandes, prises en compte par une disposition des statuts des Forces armées togolaise (FAT) depuis 2008, n’ont pas été accordées par la hiérarchie militaire, soutient le journal.

A en croire « La lettre du continent », cette situation semble inquiéter même le plus haut lieu. Faure Gnassingbé, le chef des armées, écrit-il, « vient de demander au chef d’Etat-major des FAT, Félix Abalo Kadanga, de rassembler autour de lui plusieurs hauts officiers dont le chef d’Etat-major de la présidence pour évoquer les cas de désertion dans l’armée ».

 Cette situation a-t-elle quelque chose à voir avec la situation de crise politique que traverse le Togo ? Le journal français ne le dit pas mais relève que depuis la contestation du régime en place le 19 août 2017, 2 militaires se sont délibérément donnés la mort, l’un par pendaison, l’autre par arme à feu. « Un phénomène jusqu’à présent rare au sein de la grande muette », ajoute-t-il.

Selon une source proche des FAT contactée, dans toutes les armées du monde, il y a des désertions et les FAT ne font pas exception à la règle. Le journal français qui aurait été dans de bonnes grâces au Togo mais ne trouvant plus les mêmes accès, poursuit-elle, serait dans les supputations. La vraie information sortira bientôt, a-t-elle rassurée.

 Lire La lettre du continent n°782 du 22 août 2018

Source : www.globalactu.com

Laisser un commentaire