Le Centre de Recherche et de Formation sur les Plantes Médicinales (CERFOPLAM) de l’Université de Lomé (UL) organise du 12 au 14 décembre à Lomé, un colloque international le sur le thème « De la phytomédécine vers le médicament pour un développement durable en Afrique ».
Le colloque réuni des délégations venues du Bénin, du Burkina-Faso, de la Centrafrique, du Congo, du Gabon, de la Cote d’Ivoire, du Mali, du Niger, du Nigeria et de l’Ouganda.

Ce colloque va permettre de faire le point des trente ans d’existence du CERFOPLAM, élaborer un plan stratégique pour développer les Médicaments Traditionnels Améliorés (MTA) et faire une exposition vente des médicaments traditionnels améliorés avérés du Togo. Il sera question durant ce colloque meublé par des communications scientifiques et des échanges, de rationaliser la médecine traditionnelle pour obtenir des médicaments traditionnels améliorés. Ce sera l’occasion, de former des ressources humaines capables d’entreprendre des recherches sur les plantes médicinales.

La phytomédecine, cette médecine basée sur le traitement par les plantes et des médicaments à base de plantes a de beaux jours devant elle, surtout dans les pays en voie de développement ou les problèmes de santé sont devenus un enjeu crucial. Elle a joué et continue de jouer un rôle déterminant dans la prise en charge des maladies endémique en Afrique subsaharienne avant l’introduction de la biomédecine.
Selon un rapport de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), 80% de la population africaine fait recours à cette médecine. Au Togo, nous en somme a 50% selon le même rapport.

D’après les organisateurs, au regard de ses statistiques, l’enjeu est donc de taille et l’exercice en vaut la peine car le développement de la phytomédecine au Togo est nécessaire, voire indispensables. A les en croire, face à la médecine dite « conventionnelle », qui reste démunie face à certains maux, la photothérapie représente ainsi une opportunité à la fois pour les pays du sud et du nord et offre une possibilité à tous de se soigner autrement. Pour eux, de ce colloque qui constitue une excellente rencontre scientifique et pédagogique, sortirons des pistes de solutions à même d’orienter les politiques dans ce domaine.

Pour le  président du comité d’organisation, Pr Yaovi Blaise Améyapoh, a souhaité « que désormais au Togo, de la plante aux médicaments traditionnels améliorés en vente dans les officines, qu’il n’y ait qu’un seul pas à franchir celui de la validation par une cellule scientifique pluridisciplinaire logée au sein de l’UL ».

Le CERFOPLAM a été créé en1995 avec pour objectif premier « le passage de la plante aux médicaments », à travers les structures de recherches suivantes: Laboratoire de microbiologie et de contrôle de qualité du Pr De Souza Comlam; Laboratoire de physiologie et de pharmacologie du Pr Gbéassor Messanvi; Laboratoire de botanique et d’écologie végétale du Pr Akpagana Koffi; Laboratoire des extraits végétaux et arômes naturels du Pr Koumaglo Kossi. Ce centre de recherche fut porteur de la filière Pharmacie de la Faculté des Sciences de la Santé de l’UL.

Laisser un commentaire