A la lecture des réactions des leaders de la coalition après les travaux effectués avec le parti au pouvoir et la commission de suivi de la CEDEAO, les premiers comptes rendus ont toute une sécheresse et confusion qui s’imposent.

Je suis déçu,j’ai failli quitter la salle” tels sont les propos du président national du CAR maître Yawovi Agboyibo à sa sortie des discussions avec les mandatés de la CEDEAO. À en croire le president national du Comité d’Action pour le Renouveau , la déception a été effective. L’opposition est en train être tournée en bourrique. Les vraies questions liées à la résolution des problèmes n’ont pas été à l’honneur des discussions; “il faudra pour la C14 de réorienter la lutte”, a lâché Me Yawovi Agboyibo.

Par ailleurs la coordinatrice du groupe des 14 Mme Adjamagbo Jonhson ,s’est montrée plutôt enthousiaste et se félicite d’une éventuelle sortie des chefs d’État de la sous région sur le fonctionnement de la CENI plus tard. Elle affirme que la question de la date des élections législatives n’a pas été discutée mais “il s’avère nécessaire pour les facilitateurs de mettre à la disposition du peuple un chronogramme de base”.
Notons que les propos de la coordinatrice n’ont pas été explicites en ce qui concerne la vraie position de la C14 liée à la rencontre avec la CEDEAO, contrairement à maître Agboyibo qui s’est clairement dit “très révolté” par les insuffisances dans les travaux du jour.

En effet il laisse entrevoir une confusion si l’on analyse bien les différentes sorties de l’opposition présente aux travaux. Cette opposition qui prétendait à l’obtention de la reconstitution de la CENI déjà en activité pour préparer les élections législatives de 20 décembre prochain.

Quand au gouvernement qui se félicite d’une avancée de la mise en oeuvre de la feuille de route, il est important pour l’opposition de rejoindre la CENI pour les préparatifs des élections du décembre prochain. “Nous invitons nos frères et soeur de la coalition à se joindre à la CENI pour faire avancer les choses” a dit le ministre de l’administration territoriale,Gilbert Bawara

Tibou Kamara pour sa part a affirmé que pour le bonheur du peuple togolaise il faut un processus paisible et de concertation qui pourra aider avec l’implication effective de la facilitation résoudre le problème togolais.

Tout compte fait il va de soi qu’aucun compromis n’a été trouvé au cours de ce deuxième jour des travaux avec la commission de la CEDEAO relativement à la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI).

Laisser un commentaire