Par un courrier en date du 12 février, le Ministre Gilbert Bawara en charge de la fonction publique invite les signataires du protocole d’accord relatif au secteur de l’éducation nationale à une rencontre de discussion à bâton rompu dans l’après-midi de ce jeudi 14 février à Lomé sur des « questions d’intérêt commun » notamment la mise en œuvre des dispositions du protocole d’accord.

Selon les informations parvenues à notre rédaction, cette rencontre répond au souci de maintenir le contact, de préserver l’esprit de dialogue, de concertation et de compréhension mutuelle qui existe entre les acteurs du secteur de l’éducation. « Cette rencontre pourrait constituer une occasion pour échanger sur les voies et moyens pour poursuivre ensemble les efforts entrepris en vue de consolider le climat d’apaisement, de tranquillité et de sécurité dans le secteur de l’éducation », a indiqué le Ministre Bawara dans son courrier.

La publication du nouveau Gouvernement où le ministère des enseignements primaire et secondaire a été rattaché à la Primature ne semble pas plaire aux syndicats des enseignants qui menacent et  disent ne pas avoir un interlocuteur dans le nouveau gouvernement au moment où plusieurs préoccupations demeurent sur la table.

Il faut  souligner que les multiples mouvements de grèves des enseignants au cours de la précédente année académique avaient conduit à un long processus de dialogue et de concertation entre le gouvernement et les organisations syndicales, lequel processus a abouti à un acquis majeur, l’adoption du statut particulier des fonctionnaires de l’enseignement, par décret pris en conseil des ministres le 28 août 2018. Ce décret était en réalité prévu par le protocole d’accord signé entre le Gouvernement et les syndicats d’enseignants le 18 avril 2018, protocole qui s’inscrit dans le cadre des efforts visant à apaiser durablement le climat social et à améliorer les conditions de travail et de vie des acteurs du système éducatif togolais.

Laisser un commentaire