https://kamgou.info/wp-content/uploads/2018/08/

Comme une réponse du berger à la bergère, les profanateurs des lieux de culte des fidèles musulmans du Togo (les mosquées) ont encore effectué leur descente sur le terrain.

Considérés au départ comme un simple incident, ces actes de vandalisme et de profanation des mosquées commencent par prendre de l’ampleur et se multiplient dans la préfecture d’Agoè-Nyivé.

Dans la nuit du mardi 14 au mercredi 15 août derniers, ces individus mal intentionnés dont les motivations sont inconnues ont pris d’assaut une mosquée au quartier « Abass Bonfoh », dans la zone d’Agoè Sogbossito.

Comme bilan, ces individus qu’il convient d’appeler les hors la loi, partout où ils passent laissent sur leurs traces des mosquées profanées, des corans déchirés ou brûlés.

Ceci est une énième profanation des lieux saints des musulmans à l’intervalle d’un mois. Ce qui fait croire que ces individus font fi des mises en garde du ministre de la Sécurité et de la protection civile le Général de brigade Damehane Yark  et son collègue de la Justice Puis Agbetome lors de leur sortie en début du mois sur les lieux de crime et qui n’ont pas hésité à qualifier ces individus « d’animaux ».

Tout compte fait, ce nouvel acte de profanation est un défi lancé aux autorités togolaises et il urge que ces dernières mettent en œuvre tous les moyens pour mettre la main sur ces individus avant que le pire n’arrive.

Pour rappel, les 27, 30 juillet et le 3 août derniers, trois mosquées ont été profanées toujours dans le canton d’Agoè ce qui a provoqué un tollé général au sein de la population. Les voix se sont levées pour condamner ces actes peu orthodoxes.

La rédaction

Laisser un commentaire