L’Union Africaine (UA) a annoncé ce jeudi 6 juin, sa décision de suspendre le Soudan de toutes les activités de l’organisation panafricaine. De sources concordantes, l’annonce a été faite par le Conseil de paix et de sécurité de l’UA, qui réclame « l’établissement effectif d’une autorité civile de transition ». « Ceci étant le seul moyen de permettre au Soudan de sortir de la crise actuelle », a mentionné le conseil.

Cette décision de l’Union Africaine n’est que la suite d’un avertissement qu’il avait lancé au Soudan depuis le début des crises. En effet, le pays est confronté à des affrontements et des répressions violentes depuis le renversement du président soudanais Oumar Al-Bachir le 11 avril. Plusieurs morts et des blessés sont enregistrés.

Le 15 avril dernier, l’Union Africaine avait donné quinze jours pour que le pouvoir soit transféré aux civils. Début mai, elle avait réitéré cet ultimatum en donnant un nouveau délai de soixante jours aux militaires. L’UA avait souhaité que les négociations entre l’armée et les chefs de la contestation débouchent sur une transition « vraiment dirigée par les civils ».

Mais après deux jours (19 et 20 mai) d’assises, les discussions entre le conseil militaire et les chefs de la contestation sur la composition du futur Conseil souverain de transition se sont achevées sans accord.  La dernière répression aurait fait au moins 30 morts le 03 juin 2019.

Akouavi G. DAGONA (stagiaire)

Laisser un commentaire