La dixième assemblée générale ordinaire du Fonds de solidarité africain (FSA) s’est tenue le vendredi 31 mai à Lomé. Il s’est agi de la présentation du bilan de l’exercice 2018 du FSA. Cette rencontre qui intervient dans un contexte particulier pour le Togo, s’est également penchée sur la question du Plan National de Développement. Le FSA s’est engagée à accompagner le Togo dans la mise en œuvre de ce nouveau programme qui couvre la période 2018-2022.

Au total 4.622 milliards Francs CFA sont nécessaires pour la mise en œuvre du nouveau Plan National de Développement, lancé en mars dernier au Togo. Depuis, le pays s’active pour la recherche d’investisseurs afin d’atteindre le principal objectif, celui de la transformation et la croissance structurelle de l’économie togolaise.

Désormais, le Plan peut compter sur l’appui et l’accompagnement du Fonds de Solidarité. Le ministre de l’Economie et des Finances, Sani Yaya a laissé entendre que le fonds contribuera au financement des projets structurants du PND à travers ses mécanismes d’intervention.

A travers trois techniques d’intervention, notamment : la garantie des prêts bancaires et des émissions d’emprunts obligataires, la bonification de taux d’intérêt et l’allongement de la durée des prêts par l’octroi d’avances de refinancement, le Fonds de Solidarité Africain (FSA) a pour mission de faciliter le développement économique de ses Etats membres africains.

Mise en place le 21 décembre 1976, le Fonds dont le siège est implanté à Niamey au Niger, est devenu effectivement opérationnel à partir de septembre 1979. Le FSA compte actuellement quatorze (14) Etats membres dont huit pays membres de la CEDEAO (Bénin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Guinée Bissau, Mali, Niger, Sénégal, Togo) ; trois pays de la CEMAC (Gabon, RCA, Tchad) ainsi que trois pays du COMESA (Burundi, Ile Maurice et Rwanda).

Akouavi G. DAGONA (Stagiaire)

Laisser un commentaire