A l’image des autres pays, le Togo fait face depuis plus de quatre mois à la pandémie du Coronavirus. Depuis l’annonce du premier cas le 06 mars dernier, de nombreux investissements ont été consentis avec pour objectif, briser la chaîne de propagation du virus. A ce jour, la situation semble être sous contrôle, même si de nouveaux cas sont toujours signalés.

Si le Togo peut se targuer de tenir dans une certaine mesure la situation en main, c’est en partie grâce à de nombreuses initiatives prises dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire décrété le 1er avril dernier par le chef de l’Etat Faure Gnassingbé, état d’urgence prorogé jusqu’au 15 août prochain.

Au rang des actions fortes, il faudra essentiellement noter la sensibilisation des populations, l’instauration d’un couvre-feu, la constitution d’une force spéciale anti-pandémie de 5000 hommes, l’interdiction des rassemblements de plus de 15 personnes, la suspension de toutes les liaisons aériennes et la fermeture des frontières terrestres, le bouclage des villes, le verrouillage des lieux de culte, des établissements scolaires et universitaires et d’autres mesures exceptionnelles qui ont ralenti les activités socioéconomiques.

Pour évaluer la situation et mettre en place des stratégies idoines, un comité de crise, dirigé par le chef de l’Etat lui-même a été mis en place. Il est appuyé par une Coordination nationale de gestion de la riposte chargée de concevoir des scénarii d’anticipation et de réplique. Parallèlement, un comité économique pour évaluer l’impact de la pandémie et faire des propositions pour préparer la relance.

Pour une prise en charge adéquate des malades de la Covid-19, le Togo a précipité son programme de réhabilitation des hôpitaux pour dépister et traiter les personnes contaminées. Des scanners et respirateurs ont été installés, des millions de masques, de thermo flashs ainsi que des équipements de protection ont été réceptionnés. Le Centre hospitalier régional (CHR) de Lomé Commune a été réhabilité, aménagé et équipé avec 150 lits. Il accueille les patients contaminés, entièrement aux frais de l’Etat.

Afin d’accompagner les opérateurs économiques et les citoyens affectés par la crise et les mesures prises par l’Etat,  un fonds de relance économique et de solidarité nationale de 400 milliards de francs CFA a été mis en place. Le programme de transferts monétaires « Novissi » a été le plus en vue : déjà 11.314.281.875 francs CFA ont été offerts à 566.567 personnes (370.422 femmes et 196.145 hommes).

A cela s’ajoute, d’autres mesures notamment deux baisses consécutives du prix des produits pétroliers ont été décidées par le gouvernement ainsi que la gratuité de l’eau aux bornes fontaines sur l’étendue du pays, de même que la gratuité pour 03 mois de l’eau et de l’électricité pour les tranches sociales, accompagné d’une baisse du tarif de branchement à l’eau qui est passé de 75.000 à 25.000 francs CFA.

Les mesures restrictives sont en train d’être allégées progressivement ces dernières semaines. A ce jour, les activités socio économique sont également en train de reprendre progressivement et les populations peuvent vaquer à leurs préoccupations tout en ne perdant pas de vue, le respect des mesures barrières.

Laisser un commentaire