Créée par la loi n°2015-006 du 28 juillet 2015, la Haute Autorité de Prévention et de Lutte contre la Corruption et les Infractions Assimilées  (HAPLUCIA) s’est attribuée comme objectif la contribution à la promotion de la bonne gouvernance par la réduction de la corruption et les infractions assimilées au Togo.

En effet, ce plan stratégique est destiné, selon les responsables, au renforcement des capacités organisationnelles, fonctionnelles et managériales de la Haute autorité. Ce plan se décline en trois axes. Le premier axe concerne le renforcement des capacités institutionnelles et opérationnelles de la Haute autorité, le deuxième  est relatif  au développement des capacités d’intervention de la Haute  autorité en matière de la prévention et de lutte contre la corruption  et le troisième  porte sur  la promotion de la coopération en matière de prévention et de lutte contre la corruption.

Les actions phares qui découlent du plan stratégique selon le président de HAPLUCIA, Essohana Wiyao, «  c’est d’élaborer  rapidement un organigramme de la haute autorité pour permettre de recruter le personnel nécessaire pour agir, adopter les textes pour renforcer les cadres juridiques de lutte contre la corruption. Pour cela une loi cadre est déjà en cours d’élaboration. Nous allons plaider pour que le gouvernement puisse prendre rapidement les textes d’application de la loi créant la haute autorité. La  troisième action, c‘est la coopération. Nous sommes déjà à pied d’œuvre, nous allons conclure un cadre de coopération avec la justice, la police et avec les autres cadres qui interviennent dans la lutte contre la corruption pour la bonne gouvernance dans notre pays », a-t-il expliqué.

Les grands chantiers de 2019, selon le président de la haute autorité sont entre autres : « l’élaboration de l’avant-projet de loi-cadre portant prévention et lutte contre la corruption et les infractions assimilées, le lancement du chantier de l’élaboration de la stratégie nationale de prévention et de lutte contre la corruption, l’élaboration de modules à introduire dans le cursus scolaire et universitaire et la lutte contre l’impunité des actes de corruption et infractions assimilées. »

En outre, le président a précisé que « la HAPLUCIA va finaliser  les rapports sur les plaintes reçues notamment sur les affaires des deux CANS de 2013 et 2017 et sur la réalisation du corridor Lomé-Vogan. Ces rapports seront bientôt transmis à la  justice. »

Pour sa part, la ministre de la planification du développement et de la coopération Mme Ayawovi TIGNOKPA a  rassuré l’assistance que le gouvernement fournira les moyens juridiques, humains et matériels nécessaires au bon fonctionnement de la Haute autorité. Elle a par la suite invité l’ensemble des partenaires à accompagner la mise en œuvre effective de ce plan stratégique.

Aujourd’hui, la corruption par sa dimension transnationale et son caractère transversal constitue une menace grave qui pèse  non seulement sur le développement mais aussi sur l’état de droit et sur la sécurité et la stabilité des Etats.

 

Bernard DEHO,stagiaire

 

Laisser un commentaire